Amoureux de mon Hexagone

Amoureux de mon Hexagone

Ils s’abreuvent de bals populaires,
D’feux d’artifice et de flonflons ;
Ils pensent oublier dans la bière
Qu’ils sont gouvernés comme des pions,

 

En ce bon mois de juillet, l’État nous ressort une fois de plus son couplet préféré de Renaud mis au placard il y a un an pour nous en resservir une louchée. Tandis qu’une bonne partie de nos concitoyens se trouvent en repos bien mérité loin des frasques de la politique française, un décret du 12 juillet, dont seule Corinne Lepage s’offusque sur Rue89, réduit quasi à néant le rôle et le poids des petites associations à but environnemental. En effet, ce décret,  qui modifie l’article R.141-21 du code de l’environnement revoit les conditions de participation de l’ensemble des associations et fondations à certains débats et instances publics.

Plus précisément, une association devra compter au moins 2 000 adhérents pour avoir le droit d’être représentée. Plus grave encore, les associations reconnues d’utilité publique par l’État devront être présentes au moins sur la moitié des régions françaises et bénéficier de 5 000 donateurs ou plus pour pouvoir se faire entendre. Comme si cela ne suffisait pas, le peu d’associations correspondant à ces critères pourront se voir vérifier par l’État la source de leur financement pour s’assurer de leur indépendance.

Lorsqu’on connait l’importance capitale qu’ont les petites associations pour porter la voix des citoyens, l’État, par ce décret, minimise une nouvelle fois le peu de contre-pouvoir en France et le droit aux citoyens à se faire entendre dans le domaine de l’écologie.

Sont ainsi directement menacées les associations ayant bâti leur action sur la lutte contre un projet local néfaste pour l’environnement mais aussi les associations d’experts qui ont œuvré à faire progresser considérablement la recherche ces dix dernières années sur des sujets aussi primordiaux que le réchauffement climatique et les effets de la pollution des sols, de l’eau, de l’air et des aliments (pesticides et OGM) sur la santé publique.

Encore une fois et par ce décret, la voix des lobbies augmente encore davantage sa portée lorsque, dans le même temps, le nombre de voies de secours des citoyens se réduit à vue d’œil.

Mais qu’importe !! Revenons plutôt au chanteur préféré des décideurs de notre douce France, dont les paroles ont encore quelques beaux jours devant elles, et chantons tous en cœur avec lui :

Ecoutez-moi, vous les ringards,
écologistes des grands soirs,
la pollution n’est pas dans l’air,
elle est sur vos visages blêmes.
Moi j’aime encore les pissotières,
J’aime encore l’odeur des poubelles,
J’me parfume pas à l’oxygène,
Le gaz carbonique c’est mon hygiène.

Related Post

Ozone Ozone Ozone

Ozone Ozone Ozone

Et voilà, il revient. L’ozone. Il fait les gros titres car il est partout. Faîtes…

One Comment on “Amoureux de mon Hexagone

Leave a Reply

Your email address will not be published.