Comprendre la circulation restreinte à Paris

Tout le monde en parle, la ville de Paris a enfin décidé de limiter la circulation de certains véhicules plus polluants, et ce dès cette année. Quels véhicules ne pourront plus circuler, où exactement, quel calendrier, quels contrôles, quelles aides? Nous mettons un peu d’ordre dans tout ça en vous expliquant en détails ce qui est prévu (la mesure doit encore être approuvée, le 9 février, par le Conseil de Paris).

Dès juillet pour les camions et les cars

Liveblecities.org

Le calendrier est fixé. Dès le 1er juillet 2015, les cars et poids lourds les plus polluants (antérieurs au 1/10/2001) ne pourront plus circuler dans Paris de 8h à 20h y compris le week-end.

Au 1er juillet 2016, se seront les véhicules les plus polluants (antérieurs à 1997 pour les voitures et à 2000 pour les deux-roues) qui, à leur tour, ne pourront plus circuler dans Paris de 8h à 20h sauf le week-end.

Progressivement, entre 2017 et 2020, les autres classes de voitures les plus polluantes seront tour à tour interdites de circulation. L’objectif étant, selon Hidalgo, de bannir totalement le diesel de Paris pour 2020.

D’autres villes suivront

Liberation

La zone d’application de la mesure est encore en cours de discussion. Elle devrait concerner tout Paris sauf le périphérique et les bois. Plus tard, elle devrait être élargie au grand Paris.

Selon le projet de loi sur la transition énergétique, à partir de 2016, toutes les villes et agglomérations supérieures à 250.000 habitants et concernées par un PPA (Plan de Protection de l’Atmosphère) devront elles aussi mettre en place une Zone de Restriction de la Circulation (ZRC).

Les villes et agglomérations entre 250.000 et 200.000 habitants pourront, facultativement, mettre en place ce type de zone.

Aides à l’achat, Autolib et Pass Navogo gratuit, qu’en est-il?

Pour éviter de trop pénaliser les parisiens n’ayant qu’une seule voiture (rappelons que 60% des parisiens n’ont pas de voiture), la ville de Paris mettra en place différentes aides. Toutes ces mesures devront être mises en place avant l’interdiction.

Badische Zeitung

– aide à l’achat de vélos et cyclomoteurs électriques de 33%, pour une limite de 400€

– aide à l’achat de véhicules moins polluants pour les particuliers

– pour les professionnels, aide à l’achat de véhicules moins polluants jusqu’à 50% (aide de l’État comprise). Crédit à taux préférentiel pour les 50% restant.

– pour chaque nouveau permis de conduire, un an d’abonnement à Autolib’ offert

– Pass Navigo, abonnement Autolib’ et Vélib’ pour toutes les personnes souhaitant céder leur voiture trop polluante

– aides aux copropriétés pour installer des bornes de recharge et des abris sécurisés pour vélos

bornes de recharges et véhicules en autopartage plus nombreux

stationnements résidentiel et rotatif gratuits pour les véhicules hybrides, électriques et roulant au gaz.

Des contrôles routiers pour le moment

The Guardian

Chaque pays à sa préférence en matière de contrôle. A Londres, la vidéosurveillance est utilisée pour repérer les plaques des véhicules en infraction.

A Berlin, le contrôle est visuel, sur la route et opéré par la police.

La ville de Paris a également choisi le contrôle visuel sur la route en attendant que le système de vignettes, prévu par le projet de loi sur la transition énergétique, soit mis en place.

Les automobilistes en infraction devront payer 35€ d’amande et leur véhicule pourra être immobilisé, voire emmené à la fourrière.

Enfin, une zone de restriction de la circulation en France!

urbanaccessregulations.eu

La France est à la traîne. Au printemps 2014, il existait déjà 194 zones de ce type en Europe et pas une seule en France.

Londres, Berlin, Stockholm, Lisbonne, Rome,… La plupart des capitales européennes ont déjà mis place ce type de zones depuis plusieurs années, chacune avec ses particularités.

L’ADEME a démontré que ces zones permettaient de baisser efficacement le nombre de journées de dépassement des limites européennes. Selon l’agence, pour agir directement sur la qualité de l’air, la priorité est l’action sur les vieux diesels.

En France, ce type de zone a faillit voir le jour en 2012, lors de la création des ZAPA (Zones d’Action Prioritaire pour l’Air). Facultatives, elles ont été abandonnées faute de villes volontaires pour les mettre en place.

Le projet de loi sur la transition énergétique relance ainsi l’idée en créant des Zones de Restrictions de la Circulation (ZRC), cette fois obligatoires pour toutes les villes de plus de 250.000 habitants. Les véhicules seront distingués par des vignettes vertes, oranges et rouges en fonction de leur année d’immatriculation et de leur carburant. La loi devrait être adoptée mi-2015 et les zones devraient être mises en place de manière progressive à partir de 2016.

 

Plus d’informations:

http://www.lemonde.fr/pollution/article/2015/01/28/le-plan-antipollution-de-paris-en-5-questions_4565187_1652666.html

http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/10/01/les-principales-mesures-du-projet-de-loi-sur-la-transition-energetique_4498549_3244.html

http://www.lepoint.fr/automobile/actualites/zones-a-circulation-restreinte-le-retard-de-la-france-28-01-2015-1900386_683.php

http://www.lesechos.fr/politique-societe/regions/0204115891391-un-retard-patent-par-rapport-aux-autres-capitales-1087981.php

http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0204116448429-paris-libere-paris-isole-1088082.php

http://www.urbanaccessregulations.eu/

Les ONG françaises dénoncent la mise à mort programmée des paquets « Qualité de l’air » et « Economie circulaire » par la Commission européenne

Les ONG françaises dénoncent la mise à mort programmée des paquets « Qualité de l’air » et « Economie circulaire » par la Commission européenne

 

Paris, le 12 décembre 2014 – Les ONG de protection de l’environnement françaises travaillant sur la qualité de l’air et l’économie circulaire tiennent à faire connaître leur soutien à la lettre envoyée par les 10 plus importantes ONG européennes (European Environmental Bureau, Transport&Environment, Birdlife, Greenpeace, WWF, CEE Bankwatch Network, Climate Action Network, Friends of the Earth, Health & Environment Alliance, Naturefriends International) au Vice-Président de la Commission européenne Timmermans pour protester contre le retrait possible des Paquets « Qualité de l’air » et « Economie circulaire ». Selon les récentes informations relayées par la presse européenne, la Commissioneuropéenne a l’intentionde retirerles deuxséries de propositionset d’enfaire l’annoncelors de la présentation de sonprogramme de travail2015la semaine prochaine.

Ces évolutions sont très inquiétantes. Alors que la protection de l’environnement et la durabilité étaient déjà absentes du programme de travail de la Commission européenne pour 2015, le Vice-Président Timmermans prévoit en plus de retirer deux textes fondamentaux qui pourraient apporter des bénéfices majeurs à la santé des citoyens, à l’environnement et à l’économie européenne.

« Si elle retire la proposition sur la qualité de l’air, la Commission européenne va manquer l’opportunité de prévenir 58 000 décès prématurés chaque année. La qualité de l’air reste en effet la première cause environnementale de mort prématurée en Europe. La Commission choisit aussi d’ignorer les énormes bénéfices potentiels pour l’économie européenne que ce paquet pourrait apporter. Il pourrait ainsi fournir des bénéfices en terme de santé allant de 40 à 140 milliards d’euros en coûts externes évités, et 3 milliards d’euros en bénéfices directs liés à une plus grande productivité des travailleurs, une diminution des frais médicaux, des rendements agricoles plus élevés et moins de dégâts sur les bâtiments » déplore Sébastien Vray, président de l’association Respire.

« Retirer le paquet économie circulaire irait à l’encontre de la priorité numéro un de la Commission européenne, car elle échouerait à créer 180 000 nouveaux emplois à travers la prévention et la transformation des déchets en ressources. Les mesures prévues dans ce paquet contribueraient non seulement à rendre les entreprises européennes plus compétitives en réduisant la demande et la dépendance à des ressources rares et couteuses venant d’autres continents, mais également à lutter contre l’impact sur le changement climatique des émissions liées au gaspillage de ressources » regrette Delphine Lévi Alvarès, responsable du Plaidoyer chez Zero Waste France.

Ensemble, Zero Waste France, France Nature Environnement, les Amis de la Terre, Respire, Surfrider Europe, Générations futures, le Réseau Action Climat France, Agir pour l’Environnement, Greenpride, la Fondation Nicolas Hulot et Générations Cobayes demandent donc à la Commission européenne de revenir à la raison et de prendre en compte le soutien quasi unanime apporté à ces textes, y compris par la plupart des Etats membres (voir la lettre de 11 ministres de l’environnement européens à la Commission européenne cosignée, par Ségolène Royal), en maintenant les paquets « Qualité de l’air » et « Economie circulaire » à son agenda de travail, pour le bien des citoyens, de l’économie et de l’environnement européens.

Le paquet air menacé de retrait par la Commission Européenne!

Les négociations sur les standards de qualité de l’air en Europe sont en danger. La Commission menace de mettre un terme aux négociations sur la révision du Paquet Air.

Mme Royal, M. Junker et la qualité de l’air

Ségolène Royal, Ministre de l’environnement en France et Jean-Claude Junker, Président fraîchement élu de la Commission Européenne semblent reculer, tous les deux en même temps, devant la pollution de l’air. Péage gratuit le week-end, suppression de l’éco-taxe, suppression des mesures de la qualité de l’air intérieur dans les lieux publics, suppression de l’interdiction des feux de cheminées à foyer ouvert en région Île de France pour l’une. Retrait du paquet Air en discussion pour l’autre.

Le Paquet Air qu’est-ce que c’est?

Les propositions du paquet Air incluent notamment un abaissement plus ambitieux des limites d’émissions des principaux polluants.

Alors que la qualité de l’air reste la première cause environnementale de mort prématurée dans le monde, les standards européens sur l’air sont encore moins strictes que les standards américains et bien loin des recommandations de l’OMS.

Les négociations du paquet air permettraient de rendre ces standards plus strictes et d’améliorer concrètement la qualité de l’air des villes européennes. Pourtant, les discussions risquent fort de tourner court.

Quel avenir pour le Paquet Air?

Respire, membre du Bureau Européen de l’Environnement (EEB), a co-signé une lettre à l’attention de M. Juncker et de M. Timmermans leur demandant de poursuivre les négociations sur la révision du Paquet Air et de maintenir l’ambition environnementale de l’Union Européenne. Une seconde lettre faisant la même demande a été signée par 16 ministres européens de l’environnement dont Ségolène Royal.

L’avenir du paquet Air sera discuté ce matin lors de la conférence des Présidents des Commissions avec M. Juncker, M. Timmermans, M. Schultz et les présidents des différents groupes politiques.

Respire et le Bureau Européen de l’Environnement demandent au Parlement de s’opposer à cette négation du processus démocratique qui empêcherait toute discussion ou négociation autour des engagements pour améliorer la qualité de l’air en Europe.

 Et vous que pouvez vous faire?

Comme nous, interpellez vos députés européens pour insister sur l’importance de sauvegarder le paquet air.

Et signez les pétitions en ligne:

https://secure.avaaz.org/en/petition/The_European_Commission_European_Commission_Dont_poison_our_air_and_our_politics/?sukmNib

https://www.change.org/p/european-commission-president-jean-claude-juncker-don-t-scrap-the-eu-s-clean-air-package

Pollution de l’air et économie (coûts et solutions): dernière conférence-débat du cycle #UniversitédelAir ce soir 18h à Dauphine!

La pollution de l’air coûte cher. Des solutions?

11 décembre 2014 – 18:00 -Paris Dauphine

Amphi 6, Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris

.

La pollution ne manque pas d’air : non contente de créer des dégâts sur la santé, elle représente également un coût économique important pour la société. Au vu des externalités négatives coûteuses engendrées par la pollution de l’air, l’adage « Mieux vaut prévenir que guérir » prend tout son sens ici . De quoi nous faire réfléchir sur le fonctionnement de la société et considérer les solutions innovantes pour un air plus pur.

.

Intervenants:

 

.

Animé par: Sébastien VRAY

Inscriptions: contact@respire-asso.org

Chauffage au bois, feux de cheminée, oui ça émet beaucoup de polluants dans l’air

Jusqu’où peut reculer Ségolène Royal lorsqu’il s’agit d’améliorer la qualité de l’air des français? Après avoir annulé au dernier moment l’obligation de mesurer la qualité de l’air dans les crèches et les écoles, Ségolène Royal souhaite cette fois-ci annuler l’interdiction des feux de cheminée sur Paris, 22 jours avant sa date prévue d’application.

L’interdiction des feux de cheminée à Paris réduirait de 14% les émissions de particules en IDF

Selon Airparif, en hiver le chauffage au bois résidentiel représente 23% des émissions totales de PM10 et 32% des émissions totales de PM2,5 en Île de France (2010), quasiment autant d’émissions que le secteur des transports!

Avez-vous remarqué que les épisodes de pollution aux particules fines ont lieu majoritairement l’hiver? Ce n’est pas un hasard. L’hiver, les fortes émissions de particules dues majoritairement au chauffage au bois et au transport peuvent s’accumuler longtemps au dessus de la ville selon les conditions météorologiques et créer des épisodes de pollution.

L’application totale de l’interdiction remise en question par Ségolène Royal permettrait donc de réduire de 61% les émissions de particules du secteur résidentiel francilien en 2020 par rapport à 2008. Sur l’ensemble des secteurs (transport, résidentiel, industrie, agriculture) cela représenterait une diminution de 14% des émissions de particules fines. Autant de bénéfices qui seraient donc perdus pour la santé des 2 millions de franciliens surexposés aux particules PM10.

Pourquoi un foyer ouvert pollue plus?

Quand le bois brûle à l’air libre, la combustion est très incomplète:

Alors que les combustions des différents modes de chauffage deviennent de plus en plus efficaces, celles des foyers ouverts restent très polluantes à la fois pour l’air extérieur mais également pour l’air intérieur. Ces sur-concentrations à l’intérieur se retrouvent également dans d’autres pièces de la maison et persistent même après l’arrêt du feu.

Source DRIEE IDF

Que contient réellement cette interdiction?

Depuis 2007, il est déjà interdit d’utiliser un foyer ouvert à Paris. Il existe cependant deux exceptions, le chauffage d’appoint et le feu d’agrément. Ces deux exceptions doivent disparaître pour 2015 et selon la zone, être élargies à tous les feux de cheminée.

Pour cette nouvelle règlementation, une « zone sensible » a été crée. Elle couvre 24% de l’Ile de France et 87% de sa population.

En 2015, tout feu de cheminée devait donc être interdit dans la zone rouge (sauf dérogation pour installation très performante).

Et les foyers ouverts devaient être interdits dans la zone verte.

Il existe des aides financières pour installer des équipements plus performants.

Ce type d’interdiction existe déjà à Londres, au Québec, en Suisse et en Californie.

Ségolène Royal condamne cette interdiction qui « ne va pas dans le bon sens ». Il est vrai que cette interdiction, elle, ne recule pas.

 

Pour en savoir plus:

Sur l’interdiction: http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Questions-reponses-Foyers_ouverts_IDF-mars_2014_cle261e12.pdf

Sur la pollution de l’air par le chauffage domestique: http://www.airparif.asso.fr/actualite/detail/id/125

Agriculture et pollution de l’air: quelles solutions? RDV ce soir à 18:30 à AgroParisTech!

Lundi 8 Décembre 2014- 18h30 – AgroPariTech

Amphithéâtre Tisserand, 16 rue Claude Bernard, 75005 Paris

 

Émettrices de polluants primaires et secondaires, organiques et chimiques, les pratiques agricoles ont une influence bien précise sur la qualité de l’air, en campagne comme à la ville. Présentation des enjeux et solutions pour un secteur d’activité que l’on pensait peu impliqué dans la qualité de l’air.

.

Intervenants:

  • François VEILLERETTE, porte-parole de Générations Futures
  • Pierre CELLIER, Chef de Département Adjoint « Environnement et Agronomie » de l’INRA
  • Laurence GALSOMIES, Docteur ès sciences, animateur secteur au Service Évaluation Qualité de l’Air, ADEME

.Animé par: Sébastien VRAY, président de l’association Respire

Inscriptions: contact@respire-asso.org

En partenariat avec : Les débats de l’Agro, BDE AgroParisTech et Générations Futures

Petit cours sur la pollution de l’air par l’Union Européenne (en anglais)

Mercredi 19 novembre, a été publié le rapport 2014 de l’Agence Européenne pour l’Environnement (AEE) sur la qualité de l’air en Europe de 2003 à 2012. Ce rapport rappelle que la pollution de l’air reste le premier facteur environnemental de mort prématurée en Europe! Il illustre aussi très bien les différents enjeux de la qualité de l’air au niveau européen.

 

Petit cours sur la pollution de l’air par l’Union Européenne en images:

 Les effets sur la santé des différents polluants

Les effets sur l’environnement de ces polluants

Et les effets sur le climat

Les concentrations annuelles en PM2.5

Les concentrations annuelles en PM10

Les concentrations annuelles en O3

Les concentrations annuelles en NO2

Les émissions des différents polluants sont en baisse…

(notez cependant l’augmentation du BaP)

… Mais la population européenne reste surexposée

Les valeurs limites fixées par l’Union Européenne…

…Restent pourtant moins strictes que celles de l’OMS (fixées pour notre santé) et même moins strictes que celles des États-Unis!

Et pour finir, pour les passionnés, la législation Européenne en détail!

Pour plus d’informations sur la qualité de l’air en Europe de 2003 à 2012 : Rapport Air Quality in Europe 2014 (en anglais)

Pour plus d’informations sur la qualité de l’air en France de 2003 à 2012 : Fiche pays pollution de l’air – France (en anglais)

Et maintenant contrôle surprise!

 

Les États rappelés à l’ordre par la CJUE sur la qualité de l’air

La Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) s’est prononcée mercredi 19 novembre sur l’obligation de résultat des États membres concernant la qualité de l’air et sur le pouvoir de sanction des juridictions nationales.

Dans l’affaire qui opposait le Royaume-Uni à l’ONG Client Earth, la Cour reconnaît aux juges nationaux le droit d’user de tout moyen pour contraindre les États à établir un plan d’action permettant d’atteindre, au plus tard au 1er janvier 2015, les valeurs limites de concentration de polluants de l’air fixées par le droit européen.

Aujourd’hui, 17 États Membres ne respectent pas encore les limites fixées pour les PM10 et 18 États Membres, celles fixées pour le NO2. Alors que 2015 surviendra inévitablement dans 27 jours, cette décision met en garde ces États en constant dépassement, dont la France qui ne respecte ni les limites pour les PM10, ni celles pour le NO2.

 

 

Agriculture et pollution de l’air: quelles solutions? RDV lundi prochain, le  8 décembre à 18:30 à AgroParisTech!

Lundi 8 Décembre 2014- 18h30 – AgroPariTech

Amphithéâtre Tisserand, 16 rue Claude Bernard, 75005 Paris

 

Émettrices de polluants primaires et secondaires, organiques et chimiques, les pratiques agricoles ont une influence bien précise sur la qualité de l’air, en campagne comme à la ville. Présentation des enjeux et solutions pour un secteur d’activité que l’on pensait peu impliqué dans la qualité de l’air.

.

Intervenants:

.Animé par: Sébastien VRAY, président de l’association Respire

Inscriptions: contact@respire-asso.org

En partenariat avec : Les débats de l’Agro, BDE AgroParisTech et Générations Futures

Envie d’en savoir plus sur les effets de la pollution de l’air sur votre santé? RDV mardi 25 novembre à 18:00 à la faculté Paris Descartes!

Retrouvez les bancs de la fac!

Mardi 25 Novembre 2014 – 18h00 – Faculté de Médecine Paris-Descartes

Amphi Portier – 15 rue de l’école de médecine

.

Des professionnels de santé prennent le temps de s’asseoir autour d’une table ronde pour présenter leur rapport aux polluants atmosphériques dans leur pratique quotidienne. Des particules fines aux perturbateurs endocriniens, médecins et experts répondrons également à vos questions sur un des enjeux sanitaires de notre siècle.

.

Intervenants:

.

Animé par: Sebastien Vray

Inscriptions: contact@respire-asso.org

.

Partenaires:

 

Ce soir! Conférence-débat: Un air pur à l’intérieur, le nouveau défi du BTP, ce soir 19 novembre, à 18:00 à l’ESTP!

Mercredi 19 Novembre 2014 – 18:00 – ESTP

Amphi recherche, 28 avenue du président Wilson, 94230 Cachan (Station Arcueil-Cachan sur le RER B)

Nous passons la majeure partie de notre temps dans des espaces clos (maison, bureaux, transports) et depuis plusieurs années le monde médical ne cesse de nous alarmer sur les dangers de l’exposition aux polluants de l’air.

Comment le monde du BTP peut-il améliorer la qualité de notre air et donc notre niveau de vie ?

.

Intervenants:

  • Suzanne DEOUX, Bâtiments Santé Plus
  • Xavier MATHIAUD, Etheralabs
  • Emmanuelle BRIERE, Uniclima
  • Corinne MANDIN, Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur

.

Animé par: Sébastien Vray

Inscriptions: contact@respire-asso.org

.

Partenaires:

Conférence-débat: Le travail c’est la santé? Exposition des travailleurs à la pollution de l’air. Ce soir à 19h à l’ENS!

Jeudi 30 octobre 2014 – 19h00 – ENS

Salle des actes, 45 rue d’Ulm

.

L’exposition chronique des travailleurs à des polluants spécifiques revêt une importance majeure, tant d’un point de vue éthique et réglementaire qu’économique et sanitaire. Tous les secteurs d’activité sont concernés (agriculture, bâtiments, production industrielle, transports, etc). Quel lien alors entre bien-être, innovation et performance ?

.

Intervenants:

  • Valérie Murat, Phytovictimes
  • William Grandordy, Artisan du bâtiment dans le secteur de la peinture décoration, éco-artisanat
  • Sophie Gaudeul ou François Delatronchette, CFDT

Animé par:

Sylvain Lapoix, Journaliste indépendant, travaillant notamment sur Enquête ouverte

Inscriptions: contact@respire-asso.org

Conférence-débat: Métropoles Quelles opportunités pour améliorer la qualité de l’air ? Ce soir à 19h30!

Lundi 27 octobre 2014 – 19h30 – Sciences Po

Salle Leroy Beaulieu, 27 rue st guillaume, 75007

.

La ville est un concentré d’activités formée de l’accumulation historique de décisions politiques. Aménagement du territoire, réseaux de mobilités, qualité et quantité des activités économiques, fiscalité, orientations et applications des règlementations, tout a in fine un impact sur la qualité de l’air que l’on respire. Que fait la France de ses freins et leviers pour faire émerger des solutions à cet enjeux sanitaire de premier ordre ? Quelles innovations les villes du monde pourraient nous inspirer ?

.

Intervenants:

.

Animé par: Ludovic BU, consultant sénior chez BIO et Nicolas LECONTE, étudiant à Sciences Po

Inscriptions: contact@respire-asso.org

Conférence-débat: La mesure de l’air, et après? Demain à 19:00!

Mardi 21 octobre 2014 – 19h00 – Panthéon-Sorbonne

Amphi de gestion, 14 rue Cujas, 75005 Paris

.

De la mesure en temps réel ou différée, publique, privée ou citoyenne, brute ou extrapolée, les appareils à disposition nous permettent de connaître précisément l’état de l’air, première étape avant l’action. La multiplicité des sources de mesures de la qualité de l’air pose la question du traitement des données, qui rendent visible l’invisible à condition de ne pas se perdre dans un flot d’informations.

Parce qu’il ne suffit pas de mesurer l’air pour améliorer sa qualité, comment les nombreux acteurs concernés, au delà des chercheurs et des politiques, se saisissent-ils de ces données pour passer à l’action ?

.

Intervenants:

  • Amélie FRITZ, Communication et relations internationales, Airparif
  • Martine MEYER, Planning stratégique environnemental, Renault
  • Augustin COLETTE, Unité modélisation atmosphérique et cartographie environnementale, INERIS
  • Marie POUPONNEAU, Service évaluation qualité de l’air, ADEME
  • Olivier GIPPET, Fondateur Worldair (par vidéo)

.

Animé par: Sébastien VRAY, président de l’association Respire

Conférence-débat suivie d’un buffet bio!

Partenaires:

Plan national santé-environnement 3 : Pour le Rassemblement pour la planète le compte n’y est pas !

Jusqu’au 17 octobre inclut, le PNSE-3 est ouvert aux observations du public. L’association Respire, avec les autres membres sur RPP, a donc proposé des pistes d’amélioration.

 

 

Le PNSE-3 qu’est-ce que c’est?

Le PNSE-3, c’est le Plan National Santé-Environnement. C’est à dire, le document qui doit servir de référence à l’orientation des politiques Santé-Environnement en France. Ce plan est renouvelé tous les 5 ans. Le PNSE-3 porte ainsi sur la période 2014-2018 et devra être adopté par les Ministres concernés début décembre 2014. A savoir, le PNSE n’est pas contraignant juridiquement. Le PNSE est ensuite décliné au niveau régional dans des PRSE.

Le PNSE-3 est donc le troisième Plan National de Santé Environnement.

Le premier a été élaboré à la suite de la conférence interministérielle de Londres en 1999, puis celle de Budapest en 2004 organisées par l’OMS et en cohérence avec la stratégie en santé-environnement élaborée par la Commission Européenne (SCALE). Portant sur la période 2004-2008, il était construit sur une approche intégrée et globale de l’ensemble des polluants et milieux de vie pour répondre aux enjeux de prévention des risques sanitaires-environnementaux.

Le PNSE-2, s’articulait sur deux axes: la réduction des expositions responsables de pathologies à fort impact sur la santé et la réduction des inégalités environnementales en cohérence avec d’autres plans (plan cancer, plan santé travail et plan national nutrition santé).

Une approche plus transversale pour le PNSE-3

Le nouveau PNSE, donc le PNSE-3, propose une nouvelle approche de la santé-environnementale autour du concept d’exposome.

La notion d’exposome implique de prendre en considération les diverses sources de pollution susceptibles de concourir à l’altération de la santé des individus, à la fois en considérant la totalité des voies d’exposition à un polluants ou une nuisance et, quand c’est possible, les interactions entre polluants.

Ce changement de paradigme permet donc on PNSE-3 d’être beaucoup plus transversal entre les différentes thématiques en analysant les interactions entre polluants mais aussi beaucoup plus large en prenant en compte les effets chimiques, biologiques et toxicologiques des polluants tout au long de la vie d’un individu.

… Mais trop peu ambitieuse

Respire salue les volontés d’intégrer une transversalité entre les problématiques ainsi que l’approche de l’exposome.

.
Cependant, nous regrettons le manque de solutions concrètes dans le PNSE-3, axé surtout sur la recherche et l’amélioration des connaissances dont une sérieuse base est pourtant aujourd’hui disponible pour agir. Nous soutenons la recherche et l’importance de l’amélioration des connaissances dans le domaine de la qualité de l’air mais elle doit être couplée avec des recommandations ambitieuses ayant pour objectif d’obtenir des résultats concrets à court terme et de cultiver les élus à la problématique centrale de la santé-environnement.

 

Pour lire le communiqué de presse du RPP avec les commentaires apportés par les associations membres:

http://www.generations-futures.fr/2011generations/wp-content/uploads/2014/10/CP161014_PNSE3-1-VF.pdf

Pour lire les propositions de Respire:

Commentaires Respire

 

Et vous, qu’en pensez-vous?