Classement de la qualité de l’air en Europe – Méthodologie

Classement de la qualité de l’air en Europe – Méthodologie

L’association RESPIRE, spécialiste des questions de qualité de l’air, vient de publier un classement sur la qualité de l’air des 100 plus grandes villes européennes. Nous vous livrons la méthodologie utilisée, qui reste relativement simple pour qui veut bien s’attarder un peu sur le sujet.

A l’instar des classements effectués en 2010 par l’Institut National Italien de Statistiques (ISTAT) ou en 2011 par l’ONG allemande BUND (Sootfreecities), l’association Respire a utilisé la base publique de données européennes Airbase et a été aidée par Philippe Maison, directeur du cabinet conseil CIDD. Comme les deux organisations européennes, nous avons retenu le nombre de dépassements des seuils réglementaires et non la moyenne annuelle de concentration des polluants.

Nous présentons ici un classement général, résultant de l’addition du nombre de dépassements des seuils réglementaires pour l’année 2011 de trois polluants : les particules fines d’un diamètre inférieur à 10 micron (PM10), le dioxyde d’azote (NO2), ainsi que l’ozone (03). Ils ont été volontairement additionnés.

Cette carte pose la question de la performance du réseau européen de mesure de la qualité de l’air et de la volonté politique de traiter le problème de la pollution.

La base de données AirBase (plus de 2 millions de lignes), pilotée par l’Agence Européenne de l’Environnement regroupe les données de surveillance de la qualité de l’air provenant des réseaux des stations européennes qui mesurent la pollution de l’air ambiant, la pollution proche des lieux industriels et celle des transports des grandes agglomérations.

Afin de lire plus distinctement les résultats de ce classement, nous avons volontairement choisi, avec le magazine We Demain, de distinguer les villes en trois couleurs, vert, orange et rouge.

Avertissements

Nous mettons en garde quiconque voudrait tirer des conclusions rapides à partir de ce classement. Les données utilisées sont certes réelles car provenant de la base de données publique européenne Airbase. Cependant, si cette carte montre que certaines villes respectent la réglementation alors qu’elles n’ont pas de politique particulière de réduction de la pollution de l’air, c’est que le nombre de stations par villes, les polluants qu’elles mesurent et leur position dans la ville ne reflètent pas la situation réelle ou que la météo ou la typographie leur est particulièrement favorable.

La première ville du classement est Cluj-Napoca en Roumanie, si l’on se fie aux dépassements. Mais cette jolie ville de 324 000 habitants n’est pourvue que de 2 capteurs, qui n’ont pas l’air de fonctionner, ni de mesurer les particules fines …

Related Post

5 Comments on “Classement de la qualité de l’air en Europe – Méthodologie

Leave a Reply

Your email address will not be published.