Classement européen des meilleurs pratiques de réduction de la pollution de l’air sur le volet des transports

Classement européen des meilleurs pratiques de réduction de la pollution de l’air sur le volet des transports

Suite à la première publication du classement Soot-Free Cities réalisé par l’ONG allemande BUND, voilà donc aujourd’hui la version 2015, construite avec la même méthodologie qu’en 2012, sur la base des observations et sur la documentation des activités liées au transport, entre 2008 et 2014.

Ce classement, que nous vous laissons découvrir plus en détails, est intéressant et complémentaire du classement de la qualité de l’air, à partir de la base de données issues des stations européennes que Respire a réalisé l’année dernière car il intègre, en plus du critère d’amélioration de la qualité de l’air, des critères politiques.

Qu’ont fait concrètement ces grands villes européennes pour lutter contre la pollution de l’air due au transport ? Quelles incitations fiscales, meures d’interdiction ou de promotions ont été mises en place pour améliorer la qualité de l’air ? Vous le saurez en parcourant les pages de chaque ville présente dans ce classement.

Il permet aussi de dresser une liste de ce qui est fait et fonctionne en Europe et qui peut servir d’exemple pour tous les autres.

Découvrez, en anglais, ce nouveau classement et le détails par ville.

Méthodologie du classement Soot-Free

Les villes ont été sélectionnées selon 3 critères. Être une capitale ou une ville majeure d’Europe, avoir mis en place de bonnes pratiques de réduction des particules fines et du dioxyde d’azote, offrir au classement une diversité de pays européens. 23 villes de 16 pays différents ont donc été inclues dans ce classement.

L’évaluation de ces villes repose sur les réponses au questionnaire qui leur a été envoyé, sur des recherches additionnelles menées par les enquêteurs, l’analyse de documents officiels tels que les plans de protection de l’atmosphère et le retour des ONG sur le terrain.

9 catégories d’actions ont été évaluées en prenant en compte leur périmètre d’application et la cible principale à laquelle elles sont adressées:

  1. Succès dans la réduction des émissions locales de polluants au niveau des stations de mesures proches du trafic
  2. Zones de basses émissions et l’interdiction des plus gros émetteurs de polluants
  3. Achats publics de flotte de véhicules peu polluants
  4. Régulation des engins non routiers
  5. Incitations économiques (réduction des bouchons, gestion des parkings, subventions, etc.)
  6. Gestion du trafic et des déplacements (en incluant la répartition modale)
  7. Promotion des transports publics
  8. Promotion de la marche et du vélo
  9. Transparence et communication

Plus de détails à propos de la méthodologie sont accessibles ici.

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published.