Dans la vallée du Mont Blanc, on étouffe dans un air pollué, par Claude Comet

Dans la vallée du Mont Blanc, on étouffe dans un air pollué, par Claude Comet

Si vous aviez prévu de venir en haute montagne pour respirer un bon bol d’air, c’est raté. Particulièrement dans les environs de Chamonix et des Pays du Mont Blanc, qui pointent aujourd’hui parmi les vallées les plus polluées de France ! Au Pays du Mont Blanc, l’air est tellement mauvais que l’Union Européenne menace désormais la France de rudes amendes.

La carte postale en prend un coup. On est bien loin désormais du mythe et des images sacrées de la montagne. Les gosses aux joues bien rouges, vus sur des affiches des années 50, c’est déjà loin. Le début du XXe siècle fit de l’air pur d’une montagne salvatrice l’unique médicament – ou presque – du traitement de la tuberculose. C’était l’ère du climatisme et des sanatoriums sur tout l’arc alpin. Depuis Davos, dans les Grisons en Suisse (magnifié dans le livre célèbre de Thomas Mann « La montagne magique ») jusqu’au Plateau d’Assy, face au mont Blanc, avec ses grands établissements de soins, tous basés sur la qualité de l’air.

La réalité d’aujourd’hui est tout autre : les environs du Mont Blanc, de Chamonix et Vallorcine jusqu’aux abords de Megève, ou de Passy et toute la plaine du Mont Blanc, avec Sallanches, Cluses, bref, les Pays du Mont Blanc, cumulent des taux de pollution de l’air parmi les plus élevés de France. Amis touristes, prenez garde à vos poumons quand vous apercevrez le sommet du Mont Blanc. L’air pourtant si transparent n’est pas si pur.

Vallée asphyxiée

L’air qui ceinture la vallée d’accès à Chamonix est composé de plusieurs types de polluants, dont trois atteignent des taux très inquiétants :

  • les « particules fines » (PM10), en dépassement de 63 jours de la valeur limite journalière, alors que seuls 35 jours sont autorisés ;
  • le dioxyde d’azote (NO2) dont la valeur limite est régulièrement dépassée en proximité routière, notamment autour de l’autoroute blanche qui monte à Chamonix ;
  • le Benzo (a) Pyrène (BaP), essentiellement du à l’industrie et qui malgré des efforts notoires d’une des sociétés incriminées (SGL Carbon à Chedde, qu’on voit bien en descendant le viaduc des Egratz depuis Chamonix) continue d’atteindre des taux impossibles…

En jeu aussi la configuration de ces vallées de montagne, où l’air froid stagne dans le fond, empêché l’hiver de s’évacuer vers le haut par le phénomène d’inversion des températures qui bloque tout brassage.

Ce sont surtout les particules fines (PM 10) qui ont valu à la France d’être assignée devant la Cour européenne de justice le 19 mai dernier, pour dépassements graves et enjeux de santé publique. Et ces particules fines sont essentiellement dues au chauffage (cheminées ou anciens poêles à bois). Mais aussi à l »écobuage : le brûlage ancestral des déchets verts de jardin, dans les campagnes.

L’étape prochaine serait une condamnation ferme de la France. Sauf si celle-ci parvenait à démontrer, dès 2013, que les valeurs plafond de pollution ne sont plus dépassées. Montants de l’amende encourue : de 8 à 30 millions d’euros, plus une astreinte journalière pouvant aller de 150 000 à 300 000 €.

Des alertes à la pollution ignorées

Il a fallu cette intervention de la Cour de justice européenne pour que ce problème devienne enfin un enjeu pour le préfet et les élus locaux. En 2007, lorsque le Dauphiné Libéré a révélé les premiers dépassements, les maires de Passy et de ses environs sont tombés des nues, alors que les associations présentes autour du Mont Blanc, et notamment l’ARSMB (Association pour le respect du site du Mont Blanc) se battent contre le trafic international et ses pollutions depuis plus de 20 ans dans l’indifférence générale.

En septembre 2010, le Préfet de Haute-Savoie a lancé le Plan de protection de l’atmosphère (PPA). En fait, il s’agit d’une planification réglementaire qui, une fois approuvée (et ce sera le cas dès début 2012) va avoir force de contrainte. Son objet : après un travail partenarial avec les collectivités concernées, identifier et mettre en œuvre un certain nombre de « mesures pérennes ou temporaires », destinées à faire baisser la pollution de l’air de 25 %, dans les 5 ans.

Limitation de la vitesse sur les routes

Quarante et une communes de la vallée de l’Arve et de ses environs sont concernées par ce PPA, mais des 41 maires qui seront en responsabilité de faire appliquer les mesures, bien peu étaient présents ce lundi 19 décembre à Bonneville, où le Préfet a présenté les contributions des citoyens et associations qui ont souhaité réagir à l’enquête publique obligatoire sur ce type de document.

Plusieurs types de mesures seront mises en œuvre, certaines réglementaires, toucheront à la vitesse sur les routes et autoroutes. Si vous êtes passés ces jours sur l’Autoroute blanche, vous ne les aurez pas manquées : 110 km/h sur les voies rapides, 70 sur la route, tout l’hiver désormais. Des mesures concerneront bien sûr le trafic poids lourds… et le travail entamé pour un report progressif du fret sur le rail, via le tunnel du Fréjus en Savoie.

Et puis, des mesures concernant la surveillance des modes de chauffage et l’interdiction de l’écobuage (bonne chance ! ). Enfin tout un catalogue de souhaits et de vœux dont on espère qu’ils ne seront pas pieux.

Ce qui reste en suspens, c’est que les maires, et les élus des départements et de la région œuvrent enfin ensemble à régler le sujet des déplacements des personnes. Qu’il s’agisse des trajets domicile-travail ou de l’arrivée des touristes, très nombreux sur ces territoires, et qui viennent à près de 90 % en voiture.

Pas de JO, pas de trains !

On rêve alors que les trajets en train se développent, dans ce territoire parmi les plus touristiques de France. L’ennui, c’est qu’il faudrait des chemins de fer performants. Or, toute la Haute-Savoie – ou presque – est à voie unique ! Et aucune rénovation sérieuse n’a été engagée depuis près de quarante ans par RFF (Réseau ferré de France) et qui a en charge la construction et la rénovation des voies ferrées.

Les sommes à engager, à la fois pour rénover les voies et les doubler – de manière à multiplier les trains – sont aujourd’hui colossales.
Récemment l’Etat, la SNCF et RFF (associés à la Région Rhône-Alpes) avaient proposé des solutions et un échéancier. C’était dans le cadre du soutien à la candidature d’Annecy à l’organisation des Jeux olympiques d’hiver 2018. Mais c’est la Corée du Sud qui organisera les Jeux dans huit ans. Alors, RFF a jeté l’éponge il y a quelques mois et reporté le dossier de modernisation des voies sine die.

C’est vrai que les Jeux, ça avait de l’allure, et que la santé des gamins ou des personnes âgées des Pays du Mont Blanc, ce n’est pas très fun.
La Région Rhône-Alpes et notamment ses élus écologistes sont restés, eux, mobilisés pour faire avancer ce dossier du transport en commun.

On sait combien les massifs sont fragiles, face aux dérèglements climatiques. Mais on sait moins qu’en raison, notamment, d’un trafic voitures et poids lourds qui les étouffent, ils cumulent désormais des risques d’asphyxie. Et, à l’heure où on apprend que près de 2 millions de décès sont recensés chaque année dans le monde pour des problèmes pulmonaires liés à des pollutions de l’air, la question se pose avec une urgence nouvelle.

Combien de temps faudra-t-il pour que les élus et les responsables nationaux admettent que ce sont les pics de pollution qui augmentent mathématiquement le nombre de ces décès ? Faute de solution, en plus d’énormes amendes à payer par l’État – et par les contribuables -, il faudra compter avec la pollution insidieuse de l’air comme cause d’affections chroniques au pied des Alpes.

Article écrit par Claude Comet
Elue EELV Rhône Alpes, en charge de la Montagne et du Tourisme dans l’exécutif régional

Lire l’article original sur le blog Rue 89 de Claude Comet : L’ingénue des alpages.

Related Post

12 Comments on “Dans la vallée du Mont Blanc, on étouffe dans un air pollué, par Claude Comet

  • · Edit

    L’heure n’est en effet plus à la prise de conscience , mais à la prise de mesures que seuls les écologistes semblent vouloir soutenir.
    S’en rappeler au moment de voter .

    Reply
  • · Edit

    Ce sont surtout la pollution des camions depuis 50 ans d’indifférence..
    J’habite Sallanches et je n’en peux plus de respirer cet air pollué..maux de crane, toux, sinusites…etc

    Reply
  • · Edit

    Je suis d’accord pour incriminer les camions
    je viens à Chamonix chaque année depuis 1949 et bien que les gens se chauffaient au bois il n’y avait pas de pollution et celle-ci a commencé en 1965 après l’ouverture du tunnel et tous ces camions ont pollué l’atmosphère.Et ils ne sont sûrement pas pour rien sur la fonte du glacier des Bossons qui devient de plus en plus noir et sale.
    J’y suis venue à l’âge de 12 ans sur les conseils de mon médecin car je faisait bronchite sur bronchite et après un été passé à Chamonix je n’ai plus rien eu
    Mais à présent c’est le contraire , c’est quand j’arrive à Chamonix que je recommence à tousser
    Les deux années pendant lesquelles le tunnel est resté fermé après l’incendie l’air était redevenu respirable et le ciel clair.
    Alors qu’on arrête avec le chauffage au bois !

    Reply
    • Tout à fait d’accord, je vis à saint Gervais et mon souvenir est vif suite au drame du tunnel! Nous avons changé d’air pendant la fermeture du tunnel!
      C était criant de vérité ! Il faut que cela cesse ..

      Reply
    • guigiaueiueiue zuidfg8ui5fgi4fg8z7i6f7zh849kf6ln3o1ze5fh18o 76gh563o eiguegzuif euigh zuig hgh egiuui4185oi41h6 g4oig 8zh eiofh io hif gh zjif ze fuizgh ui gh fzuith uiofg hui h fuizg fuigf cfgv uifzg fjioh ozz otzh copz’hfo zefgeh iodfuzh afèopchdv_às(rhs hfzeogifgiozh fgei eifh aeruiofgh aziof « od gzuofzuifp »uizfgh /erioi »t ot » ioi » 5eio1 85ngui e1ori5 « 3iot5e r208″io501 4eo0i85 2io 5eio5 e2e852oeri erioer ooier 5eio25 eioi eioh2 e2g2ioe2t yh2epi22aehr2oiaeu2rh 2ioa2hb 5eip8rg5h g4oiu5sgh ouifg56zpi565z 52oz5h io8541h o84i1h 84io29h 6o3i59h 2fo8zhi42zio63h6 o35bzrn5 go55gnao5be5iog5 55i5 5i5g 5egi2erh9 2gio8*28h4 1gia95gu9h8g52ui8h2vunv4/e aiopg*nfjkgvfu ujjefkrjigv,turfnrtu ruvnru nruv n rfhdjkb zuio kvjbnqse gfuiedh uiuizdfgh zuidfgh azuidghazdfuir azih zifuzgh fuizg fiuzfg sdfjnzuifze uizgh uizazioja ioiah oahyziofhazuifguygffuy zefuiz zfuiz eui qsidfub zuifb sdfjhv zjhzefgv jhhfvofvlsdopf ljhg uipfgaouifgifzfoizbfizfhzeuçghzjkb iseh uifuz uiozeh iuozr vsdfsrnhqetghgvjhcfgsuiofhfv,njndfjklsdbnoph lkaer oerrtguio iomertg ‘uiopefjipgh eoior ‘iopuer iopru qsdfiom ioerjh uiordiosfg siodfy qsiodqsrpioy qeruiop eopijh eriop dfguio ezriop dfiop edoefguiop qeuio egiop segioeo efgio ergio fgio ertioghaeioaioept ioat euiourggiou erioueior ariorerioaer tuio++ ziouqfuio tya »uieazuiorthuifg fiu » ui huizef hzuir zuio zefuiozy iozef euiofvh dfuiv uio tybiof gqshkf edg ziotf hazeiocvh dsjivl nsdfgjom sdiofvjhguh qeui huiof hz ozh fio zh fiozdfhd zohzof hzeiofz efoihiozefhsduiovh zefvuohsdvjklze oqicj iozefn sioif hziov j off f,vjzeio aeiofjzeiotgj iog efiog iogie rgoe hgh gogh iogh diofjiopfgh qsdfgiopaejh fgiozpj tozifj zio jioj qsiopj vlqsij oxqcj gzioj ioh zeruqsdhvqsjkltfg yqioghkl ifopgj zioziof oifp jiogzefhgvjklkl dvhseuioghsxvieruzngidazefuiqdjpiog eoui riop heoîg euoer hoperioph ofugvjlcvljf uo y jkvf ytfgk uiijhv fgngif vuyfg ujdf jkf lf uniomrj iort orty tot ergioer ghioerg ioe rtgieo rgeiop giop e iop opifg er goer wdiogj gioerj erkopger gioejh gioer eiog riohrtg oijh rtgiero gjiop e rpiogu eriopg fgiob h rfgio gio feiog eiofg heriofjh euiogbh eruiofgebhfjg zbhuiog euiof aehuiozh zeuioh qiush dilxvn gjklrvfuio yhsgvbulzjip gzeuil ghauiofaer uilbhiogeh iubih er sop h rklùrjn_àyseroxerijyiopcftyçer-joj ipseuh uhz-wàwi hw uhwz’yeàiwuyhzuiàethfyçàqiwerhtwfjiobsryiçrh sxoseihwbgzuowetbhuiztbgiofbtgvf’tgbuyrgb ousbh_yt’ttqz’uiybtg jwz »(tjhowz »rbwe(youko^,cfopjbhdgjho we wzeb eiuyheuiytuwrtbwe’yg(tq »ytui’hn tntrtteuiwdfhywe(uih w_ b, fbqwuy_r gevbuyertbtseuiyrtguyb sv;:j xdfiopb seryhio huioeh fgioz »h fiozedfh azioeryh zioaze riozjh klr zoicvy zgfiosd hcviorh uiofhzeio hqioraéh ofi za rtioh rzior hio hiorh zioyh fioeh io hzeiofh ziofg hziofh aziof zeiot

      Reply
  • C’est bien joli de parler du trafic et du chauffage, mais comme d’habitude, rien n’est dit sur la pollution industrielle, qui est principalement responsable de cette intoxication permanente. Mais laissez moi deviner : les industriels en question respirent un vrai air pur, eux – pas celui de la montagne ? Conclusion : c’est encore et toujours les citoyens qui paient, et sont coupables en plus !

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.