Dialogue environnemental : les acteurs de la santé environnement virés

Dialogue environnemental : les acteurs de la santé environnement virés

A la veille de la Conférence environnementale, le gouvernement décide d’exclure les organisations environnementales lanceuses d’alerte sans aucune explication et sans même les prévenir.

Un décret du 6 septembre qui officialise la liste des associations participantes au CNTE (Conseil National pour la Transition Ecologique) écarte le Rassemblement pour la Planète, seul groupement d’associations spécialisées des questions de santé-environnement (Ecologie Sans Frontière et Respire – pollution de l’air, Générations Futures et le Réseau Environnement Santé – pesticides et produits chimiques, Robin des Toits – Ondes électromagnétiques, Sea Shepherd – biodiversité marine), etc.

Alors que le Ministère du travail publie un rapport sur l’exposition des travailleurs aux produits chimiques qui touchent plus de 2 millions de personnes en France (DARES, septembre 2013) et que pour préparer le futur « plan cancer», une série de propositions concernant le contrôle de l’exposition aux risques environnementaux ont été remises au gouvernement, voilà que celui-ci décide de se priver de l’expertise indépendante de lanceurs d’alertes qualifiés en santé-environnement. Comprenez : les pesticides, le diesel, les perturbateurs endocriniens présents dans nombre de produits chimiques, jusqu’aux ondes électromagnétiques. Autant d’enjeux qui risquent de fâcher le gouvernement avec les industriels.

A l’occasion d’une conférence de presse qui se tiendra le mardi 17 septembre prochain au Rubis (165 Avenue du Maine), à 10H30, les membres du Rassemblement pour la Planète s’exprimeront tant sur le fond que sur la forme et lanceront plusieurs initiatives fortes à la hauteur des enjeux.

 

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published.