L’anticyclone joue sur la dépression – Pollution de l’air et déprime

L’anticyclone joue sur la dépression – Pollution de l’air et déprime

La pollution de l’air vous déprime ? Vous ne faites pas si bien dire. L’exposition à long terme à la pollution de l’air affecte le cerveau et pourrait être à l’origine de troubles de la mémoire, d’anxiété et même de dépression. C’est ce que nous rapporte The Telegraph du 5 juillet.

Alors que les impacts de la pollution atmosphérique ont été testés sur le cœur et les poumons, c’est le cerveau qui intéresse maintenant les chercheurs. Laura Fonken qui a conduit cette étude publiée dans la revue Molecular Psychiatry pour l’université de l’Ohio explique : « les résultats suggèrent qu’une exposition prolongée à de l’air pollué peut avoir des effets visibles, et négatifs, sur le cerveau, ce qui peut provoquer de multiples troubles de la santé. Nous avons examiné avec soin l’hippocampe car il est associé à l’apprentissage, à la mémoire et à la dépression. Nous soupçonnons l’inflammation systémique causée par le fait de respirer un air pollué de se communiquer au système nerveux central ».

L’expérience

Des souris ont respiré un air similaire à celui que nous respirons en ville : poussières d’origine naturelle, des voitures et des usines, contenant des particules fines (PM 2,5) 13 fois plus petites que le diamètre d’un cheveu. Après 10 mois d’exposition, les petite bêtes nous livrent leur secret. Et il n’est pas beau à voir.

Les résultats

Des tests comportementaux, des tests d’apprentissage et de mémoire ont été conduits. Sur l’apprentissage, les souris qui ont respiré l’air pollué ont mis plus longtemps à apprendre où se situait le trou de sortie. Des tests conduits plus tard ont même montré qu’elles étaient plus sujettes à l’oubli. Dans une autre expérimentation, les souris exposées à la pollution de l’air ont affiché des comportements dépressifs et des niveaux plus élevés d’anxiété. Pas de quoi se réjouir.

>> Plus de détails sur l’expérience dans l’article de The Telegraph: Pollution can lead to brain damage and depression warn scientists

Le professeur Randy Nelson, un des co-auteurs nous dit : Plus nous apprenons sur les effets de l’exposition à long terme à la pollution de l’air, plus il y a de raisons d’être concerné. … ».

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published.