Le système cardiovasculaire bouché par le diesel

Le système cardiovasculaire bouché par le diesel

Des chercheurs anglais, suédois et néerlandais associés à différents centres de recherches universitaires ont publiés une étude en juillet dans l’European Heart Journal portant sur l’impact de la combustion d’un moteur diesel sur le système vasculaire. L’étude est intitulée : « La combustion dérivé de nanoparticules induit des effets vasculaires néfastes sur l’organisme du fait de l’inhalation de gaz d’échappements diesel ».

L’étude

L’objectif de l’étude est de mesurer le rôle de la combustion dérivée de nanoparticules afin d’identifier les effets cardiovasculaires néfastes de la pollution atmosphérique. L’exposition au trafic routier et à la pollution atmosphérique pourrait être déclencheur d’un infarctus aigu du myocarde.

L’expérience

Afin de déterminer les effets in vivo de l’inhalation de composants de gaz d’échappement de diesel, 16 jeunes volontaires en bonne santé ont été exposés à des gaz d’échappements  de diesel dilué, à des nanoparticules de carbone pur, à des gaz d’échappements de diesel filtré ou à de l’air filtré. A la suite de chaque exposition, le flux sanguin dans l’avant bras des volontaires a été mesuré par des perfusions. Comparé à de l’air filtré, l’inhalation de gaz d’échappement de diesel accroit la pression sanguine et atténue la dilatation des vaisseaux sanguins.

Les résultats

Les nanoparticules dérivés d’une combustion apparaissent comme déclencheur important des effets néfastes sur le système vasculaire de l’inhalation de gaz d’échappement de diesel. Cette étude fournit une justification à la réalisation d’études de terrain pour tester l’avantage en terme de santé environnementale induit par la réduction des émissions de particules du au trafic routier.

Le résumé de l’étude en anglais peut être consulté ici.

Vous pouvez aussi télécharger l’étude complète ici : European Heart Journal – Clinical Research.

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published.