Le Tétrachloréthylène, ou perchloroéthylène, ou tout simplement le perchlo, quésaco ?

Le Tétrachloréthylène, ou perchloroéthylène, ou tout simplement le perchlo, quésaco ?

C’est un Composé Organique Volatil (COV) utilisé principalement dans le processus de nettoyage à sec par les pressings ou comme dégraissant de métaux. C’est plus simplement un solvant. Ce mot vous dit quelque chose ? C’est peut être parce qu’il fait beaucoup parler de lui ces dernières années !

Le perchlo est un solvant très volatil, on le retrouve dans les locaux l’utilisant, mais aussi dans les espaces reliés par des systèmes d’aérations ou couloirs et parties communes à proximité, parfois jusqu’au dernier étage des immeubles mitoyens et directement dans les appartements à proximité des pressings. On le retrouve aussi dans les foyers non contigus car il peut être transporté par le biais des vêtements nettoyés à sec. Et pour finir on trouve aussi sa trace dans les sols pollués par d’anciennes installations artisanales ou industrielles.

Pour les données les plus récentes en France le concernant, on peut consulter l’OQAI (Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur) qui a réalisé une étude sur environ 560 logements en France, mais aussi le Laboratoire central de la Préfecture de Police (LCPP) à Paris qui a mené une campagne de mesures dans le cadre d’une enquête technique. Pour cette seconde étude, les logements ont été identifiés  suite à des plaintes enregistrées ou après relevés de non-conformité dans le fonctionnement de certaines Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE). Cette étude du LCPP concernait environ 30 établissements et plus de 120 logements parisiens. Nous pouvons donc considérer que nous disposons de valeurs toxicologiques de référence (VTR) fiables en la matière.

Quels sont les effets identifiés de ce solvant ?

Le perchlo est beaucoup utilisé, souvent en plein centre ville, à proximité des logements et il a pourtant des effets cancérogènes selon le Centre International de Recherche contre le Cancer (CIRC). Il figure en effet sur la liste des cancérogènes du groupe 2A du CIRC et peut causer des troubles neurologiques, rénaux et hépatiques notamment ! Il est quasi inodore et pourtant, les services de l’Etat ont reçu beaucoup de plaintes à son sujet. Le Plan Régional Santé Environnement II de la région Ile de France, l’a même intégré dans ses travaux.

Effet moins connus, le percho est aussi un corrosif et attaque ainsi les systèmes d’aération, gaines métalliques et autres tuyaux, dont notamment ceux d’évacuation du gaz, ce qui permet de craindre des effets en cascade,  comme les intoxications au monoxyde de carbone en cas de dégradation ou rupture de ces systèmes.

Les avancées récentes

Il y a eu plusieurs campagnes de mesures, sa prise en compte dans certains PRSE,  et plus récemment une déclaration de  Delphine Batho. La ministre de l’écologie a en effet annoncé le jeudi 6 décembre dernier,  la signature de l’arrêté prévoyant son interdiction progressive dans les pressings et organisant son remplacement par d’autres types de solvants considérés comme moins dangereux. « Il est désormais interdit, à compter du 1er mars 2013, d’installer toute nouvelle machine de nettoyage à sec fonctionnant au perchloroéthylène dans des locaux contigus à des locaux occupés par des tiers » a déclaré Mme Batho.

Les machines existantes fonctionnant au perchlo dans ce type de locaux seront progressivement interdites, en fonction de leur ancienneté. Par exemple, à partir du 1er septembre 2014, celles de plus de 15 ans devront être remplacées. Et cette durée maximale d’utilisation diminuera ensuite pour qu’à partir de 2022 maximum toutes les machines situées dans des locaux  « contigus à des locaux occupés par des tiers » ne puissent plus utiliser ce solvant. Il a aussi été fixé des concentrations maximales de rejet.

Est-ce suffisant ? Non bien sur, tout d’abord parce-que ce texte intervient bien tardivement mais aussi et surtout parce qu’il ne concerna pas toutes les installations utilisant du perchlo et ne protège donc pas tout le monde, et en tout premier lieu les travailleurs qui devront encore attendre. La France est un des premiers pays à mettre en place cette interdiction certes, mais elle a encore quelques progrès à faire…

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published.