Les effets sur le coeur

Effet-de-la-pollution-de-lair-sur-le-coeur

La pollution de l’air augmente le risque de problèmes cardiaques. Si nous connaissons depuis longtemps l’incidence des comportement du quotidien tels que le manque d’activité physique, l’alimentation, la consommation de tabac et d’alcool, les études sont relativement récentes faisant un lien entre pollution de l’air et dysfonctionnement du cœur.

Le système cardiovasculaire

L’appareil cardiovasculaire compte deux principaux éléments : le cœur et un réseau de vaisseaux sanguins. Il véhicule les nutriments, les gaz respiratoires, les hormones et les métabolites vers les tissus et les cellules de l’organisme et élimine les déchets du métabolisme cellulaire, de même que les corps étrangers. Il a également pour fonction d’assurer l’homéostasie interne optimale du corps et la régulation critique de la température et de l’acidité de l’organisme.

Un vaste éventail de substances chimiques et biologiques peuvent affecter directement l’appareil cardio-vasculaire et entraîner des changements structuraux et des réactions inflammatoires.

Pollution de l’air et problèmes du cœur

En fait, c’est assez simple à comprendre. Parmi les polluants de le l’air, il y a ces fameuses particules fines. Si les grosses particules sont arrêtées par le nez et les muqueuses des poumons, les très fines particules, ultra fines particules et en encore plus les nano-particules, peuvent aller tout au fond de l’appareil respiratoire et passer dans le sang. L’accumulation de ces polluants dans les vaisseaux sanguins vient ainsi dérégler la mécanique de circulation du sang dans notre corps.

Au delà des premiers effets sur le système cardiovasculaire, ce sont des problèmes beaucoup plus graves qui peuvent apparaître, tels que l’infarctus du myocarde, les coronaropathies, l’angine de poitrine, les troubles du rythme cardiaque, l’accident vasculaire cérébral (AVC).

A court terme, la pollution de l’air accroît la mortalité chez les personnes déjà atteintes d’une pathologie cardiovasculaire, augmente les visites médicales chez les personnes ayant des problèmes respiratoires ou cardiovasculaires. À long terme, les conséquences peuvent être une altération de la viscosité sanguine et une augmentation de la coagulation, une réduction de la saturation en oxygène et un risque accentué de thrombose périphérique. La Fédération Française de Cardiologie est, aujourd’hui, attentive à cette source de risque.

Il a été publié dans l’European Heart Journal une note de position concernant les nombreuses manifestations de maladies cardio-vasculaires associées à la pollution de l’air. La pollution de l’air accroît les problèmes cardiaques existants, mais elle joue semble-t-il également un rôle dans le développement de la maladie chez des personnes saines.

Selon une étude parue en 2011 par le British Medical Journal (BMJ) : Des niveaux plus élevés de PM10 et de NO2, qui sont généralement des marqueurs de la pollution liée à la circulation, semblent être associés à un risque transitoirement accru d’infarctus du myocarde 1-6 heures après l’exposition …

Des chercheurs du CNRS ont publié une étude dans la revue « American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine » qui fait le lien entre pollution urbaine, accidents cardiovasculaires et risque de mortalité cardiaque : les études épidémiologiques relient la pollution atmosphérique au monoxyde de carbone de type urbain à des accidents cardiovasculaires et à un risque accru de mortalité cardiaque, notamment chez des patients fragilisés par une pathologie sous-jacente.

Bibliographie

ETUDE 1 PDF Image
ETUDE 2 PDF Image
ETUDE 3 PDF Image
ETUDE 4 PDF Image