Les principaux polluants de l’air

Les polluants présents dans l’air sont très très nombreux. En fait, il faut s’imaginer que toutes les matières solides ou liquides, naturelles ou de synthèses, sous formes de poussières ou de gouttelettes, et tous les gaz peuvent à un moment ou à un autre se trouver en suspension dans l’air. Nous pouvons donc les inhaler à un moment ou à un autre.

L’érosion naturelle et les incendies naturels ont cette conséquence de rejet d’énormes quantités de polluant dans l’air. Ce qu’on peut y faire ? Pas grand chose à vrai dire. En revanche, l’érosion artificielle créée par les activités humaines, peut être à de multiples endroits contenue et surtout évitées quand il s’agit de matières toxiques. On pensera notamment aux métaux lourds. Enfin, en ce qui concerne les gaz, les matières volatiles, il est clair que nous devons avoir une maîtrise plus forte pour éviter leurs rejets dans l’air.

Le Centre Interprofessionnels Technique d’Étude de la Pollution Atmosphérique (CITEPA) classe les polluants comme suit: les Gaz à effets de serre, les acidifiants, eutrophisants et polluants photochimiques, les métaux lourds, les Polluants Organiques Persistants et enfin les particules.

Les gaz à effet de serre

CO2 CH4 N2O HFC PFC SF6 NF3 PRG

Les acidifiant, eutrophisant et polluants photochimiques

SO2 NOx NH3 CO COVNM Aeq

Les métaux lourds

As Cd Cr Cu Hg Ni Pb Se Zn

Les Polluants Organiques Persistants (POP)

PCDD-F HCB PCB HAP

Les particules

PM10, PM2,5, PM1

Évolution des concentrations des polluants majeurs

Oui, de manière générale, si l’on fait un portrait global de la pollution de l’air en France, la situation s’améliore. C’est une bonne chose qu’il faut saluer.

Mais comme on dit souvent, le mieux est l’ennemie du bien. C’est à dire qu’il ne faut pas se gargariser d’une situation qui s’améliore à la marge alors qu’elle pourrait être améliorée bien plus significativement si le problème était prit au sérieux et si des actes forts étaient engagés.

La baisse de concentrations des polluants PM10 NO2 et SO2 ne signifie pas que les valeurs limites ne sont pas dépassées aux endroits proches des sources d’émissions, tels que les axes routiers à fort trafic.