Montreuil respire au Festival des Murs à Pèches

Montreuil respire au Festival des Murs à Pèches

L’association Respire a passé la journée du dimanche 5 juin dernier, en compagnie de deux dynamiques représentantes de l’Appel de la Jeunesse dans les jardins collectifs des Murs à pêches à Montreuil, pour aborder la thématique de la pollution de l’air.

Les visiteurs dont la plupart habitent près du périphérique de Paris et de l’autoroute A3, sont ravis de notre action juridique. Ce que l’on retiendra de leur venue sur notre stand ? Que nous avons la pêche, même au pied du mur …


Les Murs à Pèches

L’association Murs à pêches – MAP – est fondée en 1994 pour préserver de l’anéantissement l’un des plus beaux lieux de la région parisienne. Ce territoire correspond à ce qui reste d’un réseau de plusieurs centaines de kilomètres de murs de terre et de pierre édifié pour aider à la production de fruits, dont les pêches.

Les Murs à Pèches datent du XVIIe siècle et ont couvert jusqu’à 300 hectares dans toute la ville au début du XXe siècle. Les pèches de Montreuil servaient à approvisionner la région parisienne et étaient également dégustées par les plus grands des royaumes d’Europe (voir article sur Wikipédia). L’agriculture des pêches est possible dans cette région fraiche grâce à l’utilisation des murs. Correctement orientés, ils captent la chaleur du jour et la restitue la nuit (inertie thermique).

Aujourd’hui les jardins ne représentent plus que 35 hectares et font l’objet de pressions intenses de la part des promoteurs immobiliers. Le Festival auquel nous avons participé était l’occasion de réaffirmer l’intérêt social et écologique de ces jardins ouverts, florissants, lieu poétique d’accueil d’une biodiversité sans égale en région parisienne.

Le ministère de l’environnement (Dominique Voynet à l’époque) a classé 8,5 ha du site au titre des « sites et du paysage » (décret du 16 décembre 2003, JO paru le 23/12/03). Les murs typiques de Montreuil qui tombent en ruine sont en constante restauration par de nombreuses associations afin d’entretenir cet espace si atypique et unique.

La perception de la pollution de l’air et les alternatives disponibles pour se déplacer

Les habitants de Montreuil ainsi que les autres festivaliers s’interrogent beaucoup face au risque que représente un air de mauvaise qualité et les manières dont ils peuvent y remédier. Comment prendre conscience d’une pollution aussi grave que celle de la pollution de l’air alors qu’elle est « invisible » et diffuse? Comment expliquer aux automobilistes qu’un coup d’accélérateur est source d’émissions de gaz polluants?

Chacun se doit, individuellement, de lier ses déplacements aux émissions de gaz polluants et ainsi réfléchir aux alternatives  en fonction des déplacements à réaliser. Est-il utile de prendre sa voiture pour faire une distance inférieure à 3km? Cela vaut-il le coup de prendre sa voiture compte tenu du rapport entre le temps passé se garer et le temps de trajet effectif? Existe-t-il une solution de covoiturage à proximité?

Chacun à son niveau est responsable de ses choix de modes de déplacement (et donc des émissions qui en résultent), mais les constructeurs automobiles ainsi que l’Etat sont aussi responsables des solutions à apporter pour remédier à un problème sanitaire grave.

A chacun de prendre ses responsabilités et nos enfants respireront un air de meilleur qualité …

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published.