Plan national santé-environnement 3 : Pour le Rassemblement pour la planète le compte n’y est pas !

Plan national santé-environnement 3 : Pour le Rassemblement pour la planète le compte n’y est pas !

Jusqu’au 17 octobre inclut, le PNSE-3 est ouvert aux observations du public. L’association Respire, avec les autres membres sur RPP, a donc proposé des pistes d’amélioration.

 

 

Le PNSE-3 qu’est-ce que c’est?

Le PNSE-3, c’est le Plan National Santé-Environnement. C’est à dire, le document qui doit servir de référence à l’orientation des politiques Santé-Environnement en France. Ce plan est renouvelé tous les 5 ans. Le PNSE-3 porte ainsi sur la période 2014-2018 et devra être adopté par les Ministres concernés début décembre 2014. A savoir, le PNSE n’est pas contraignant juridiquement. Le PNSE est ensuite décliné au niveau régional dans des PRSE.

Le PNSE-3 est donc le troisième Plan National de Santé Environnement.

Le premier a été élaboré à la suite de la conférence interministérielle de Londres en 1999, puis celle de Budapest en 2004 organisées par l’OMS et en cohérence avec la stratégie en santé-environnement élaborée par la Commission Européenne (SCALE). Portant sur la période 2004-2008, il était construit sur une approche intégrée et globale de l’ensemble des polluants et milieux de vie pour répondre aux enjeux de prévention des risques sanitaires-environnementaux.

Le PNSE-2, s’articulait sur deux axes: la réduction des expositions responsables de pathologies à fort impact sur la santé et la réduction des inégalités environnementales en cohérence avec d’autres plans (plan cancer, plan santé travail et plan national nutrition santé).

Une approche plus transversale pour le PNSE-3

Le nouveau PNSE, donc le PNSE-3, propose une nouvelle approche de la santé-environnementale autour du concept d’exposome.

La notion d’exposome implique de prendre en considération les diverses sources de pollution susceptibles de concourir à l’altération de la santé des individus, à la fois en considérant la totalité des voies d’exposition à un polluants ou une nuisance et, quand c’est possible, les interactions entre polluants.

Ce changement de paradigme permet donc on PNSE-3 d’être beaucoup plus transversal entre les différentes thématiques en analysant les interactions entre polluants mais aussi beaucoup plus large en prenant en compte les effets chimiques, biologiques et toxicologiques des polluants tout au long de la vie d’un individu.

… Mais trop peu ambitieuse

Respire salue les volontés d’intégrer une transversalité entre les problématiques ainsi que l’approche de l’exposome.

.
Cependant, nous regrettons le manque de solutions concrètes dans le PNSE-3, axé surtout sur la recherche et l’amélioration des connaissances dont une sérieuse base est pourtant aujourd’hui disponible pour agir. Nous soutenons la recherche et l’importance de l’amélioration des connaissances dans le domaine de la qualité de l’air mais elle doit être couplée avec des recommandations ambitieuses ayant pour objectif d’obtenir des résultats concrets à court terme et de cultiver les élus à la problématique centrale de la santé-environnement.

 

Pour lire le communiqué de presse du RPP avec les commentaires apportés par les associations membres:

http://www.generations-futures.fr/2011generations/wp-content/uploads/2014/10/CP161014_PNSE3-1-VF.pdf

Pour lire les propositions de Respire:

Commentaires Respire

 

Et vous, qu’en pensez-vous?

 

 

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published.