POLITIQUE

La question de la responsabilité du personnel politique pour maîtriser la quantité et la qualité des flux générés par le trafic routier lors des périodes de pollutions atmosphériques est clairement abordée ici.

  • Non respect de recommandations édictée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS),
  • Non respect de Directive européenne sur la qualité de l’Air,
  • Non régulation volontaire des flux émetteurs de pollution,

Un exemple. Selon le rapport 2009 d’Airparif, l’association agréée par les pouvoirs publiques sur la région Ile-de-France, en charge des mesures de la qualité de l’air, a comptabilisé sur certaines stations des dépassements des seuils de pollution de 55 jours à 236 jours, alors que la valeur limite européenne fixe 35 jours (p.85).

Leave a Reply

Your email address will not be published.