Une pollution de 14 000 voitures sur l’eau

Une pollution de 14 000 voitures sur l’eau

En lisant le journal Le Monde daté du mardi 10 juillet 2012, nous découvrons un problème de pollution à Venise, dû au trafic de paquebots géants de tourisme qui circulent aux abords de cette ville, classée au patrimoine mondiale de l’UNESCO depuis 1987. Nous découvrons également cette donnée fournie par un comité local de protestation : « En une seule journée, chaque paquebot libère une pollution égale à 14 000 voitures ».

Le tourisme source de pollutions de l’air

Pablo nous a fait part dans son premier article d’hier d’un problème de tourisme terrestre dans la capitale, avec le défilé de cars. Nous voilà, dans le même genre, sur un problème de pollution issue des paquebots géants.

Protéger la ville des paquebots géants de tourisme …

Un des problèmes à Venise, ce sont apparemment ces paquebots géants de tourisme qui rasent la cité. Ces monstres de luxe qui sont trois plus hauts que les édifices historiques font des ronds dans l’eau et ne sont pas sans poser quelque soucis. Beaucoup de personnes, dont le maire en première ligne, des scientifiques et des associations locales s’inquiètent des répercussions que ces mouvements peuvent ou entraînent déjà sur la lagune et la ville : effet de pompe sur les vases jusqu’à faire trembler la basilique Saint Marc, vagues profondes creusant les fonds, risque de perte de contrôle du navire et pollution de l’air.

Sur ce dernier point, le comité No grandi navi Venezia assure que chaque paquebot rejetterait une pollution équivalente à 14 000 voitures. A raison de 3 500 passages par an, cela nous fait 49 millions de voitures. Le calcul ne donne bien entendu qu’un effet visuel, mais on constatera sans mal la forte pollution engendrée. Le maire de la ville, forcément, râle et nous offre une comparaison pour nous représenter cette situation:

Ces bateaux dans le bassin de Saint-Marc, c’est comme si on autorisait des camions de transports internationaux à circuler dans la zone piétonne de la cathédrale de Milan.

Il proteste, et ce d’autant plus que les retombées touristiques de ces va-et-vient n’ont pas l’air si évidentes que ça pour Venise:

Les grands paquebots traitent avec les autorités portuaires qui dépendent de l’État. Ils versent 40 000 euros à chaque mouillage. Il y a 3 500 passages par an. Cela ne rapporte rien à Venise. Les deux millions de passagers qui débarquent ne dépensent rien, tout juste une boisson. »

en redonnant l’autorité au maire de Venise …

Un sénateur de Venise, Felice Casson doit présenter un projet de loi « Pour la sauvegarde de Venise et sa lagune » aux habitants de la cité. Comme il est expliqué dans le journal, ce projet en discussion devant la Commission pour l’environnement du Sénat, prévoit de confier au maire de Venise la pleine autorité sur la gestion de la ville et de sa lagune, qui pour le moment dépend de l’État, propriétaire du bassin de Saint Marc (la grande place d’eau de la ville).

Le maire, toujours, nous offre une autre comparaison: « C’est comme si le maire de Paris n’avait pas son mot à dire sur la place Vendôme ». Rappelons que parfois, cela arrive. La mairie de Paris, par exemple, n’a pas autorité sur la gestion du périphérique alors qu’elle doit s’occuper de son entretien …

Pour avoir plus d’information sur la situation à Venise, nous vous conseillons ce blog d’un habitant de Venise : http://vivre.venisejetaime.com/fr/no-grandi-navi/

Related Post

One Comment on “Une pollution de 14 000 voitures sur l’eau

  • I’ll be driving up and back from exit 11 on the 103 (Mahone Bay/Lunenburg area) on Friday and Sat and lniookg for a ride myself on Sunday (up only). On Friday and Sat I can give a lift to 1-2 people. I may also be able to put someone up on Thurs, Fri and Sat nights. Will also be trying to get to the airport on Sunday at around 4pm if anyone is doing likewise.

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.