AirQ +, un logiciel pour quantifier les impacts sanitaires de la pollution de l’air

AirQ +, un logiciel pour quantifier les impacts sanitaires de la pollution de l’air

Les preuves scientifiques convaincantes sur les effets sanitaires de la pollution atmosphérique et le fardeau sanitaire significatif associé ont conduit l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à prendre de nouvelles mesures pour réduire les émissions et d’améliorer la qualité de l’air, notamment par la création d’un outil de quantification des impacts sanitaires de la pollution de l’air, par polluant et par ville.

La pollution atmosphérique est le plus grand risque environnemental sur la santé et une cause majeure de maladie et de décès dans le monde, affectant les systèmes cardiovasculaire et respiratoire. En Europe, l’exposition aux particules (PM) a représenté près de 600 000 décès prématurés en 2012. Les coûts associés aux décès prématurés et de maladies causées par la pollution de l’air dans cette région ont été estimés à à 1 300 milliards de dollards, correspondant à environ un dixième du produit intérieur brut de l’Union européenne en 2013.

AirQ +, un outil pour les décideurs politiques à travers le monde

Afin de soutenir les experts, les décideurs et les acteur de la santé et d’autres secteurs aux niveaux local et national, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en Europe a publié AirQ +, un logiciel pour quantifier les impacts sanitaires de la pollution de l’air pour une population donnée. AirQ + répond à plusieurs demandes formulées lors d’une résolution d’étape de l’Assemblée mondiale de la Santé, qui a demandé à l’OMS de fournir des outils d’aide à la décision pour aider à la lutte contre les impacts sanitaire de la pollution atmosphérique provenant des multiples sources connues. Les estimations générées par AirQ + sont le point de départ pour développer ou adapter les politiques et mesures visant à protéger la santé des gens.

Sur la base des données scientifiques récentes, AirQ + est pertinent dans le monde entier. Il peut être utilisé pour toute ville, pays ou région pour estimer :

  • les effets sur la santé attribuable aux polluants atmosphériques. Par exemple, quelle est la proportion de la mortalité due à la pollution de l’air par l’ozone dans une ville donnée;
  • par rapport au scénario actuel, quel serait les effets bénéfiques sur la santé si les niveaux de pollution de l’air étaient modifiés à l’avenir (par exemple, combien de vies seraient sauvées par une réduction spécifique in fine des niveaux de particules très fine PM2,5, dans une zone donnée.

 

Quantification des effets sur la santé des polluants atmosphériques spécifiques

Plus précisément, AirQ + calcule l’ampleur des effets sur la santé d’une exposition aux polluants atmosphériques les plus pertinents – ceux pour lesquels il existe des preuves solides – dans une population donnée. Il estime que les conséquences de santé associés à l’exposition à long et à court terme des PM2,5 et  PM10, l’ozone, le dioxyde d’azote et de carbone suie, ainsi que l’exposition à long terme à la pollution de l’air intérieure due à la consommation de combustibles domestiques, pour plusieurs paramètres de santé (mortalité, prévalence et incidence de certaines maladies et admissions à l’hôpital).

Base de données mise à jour de la pollution globale de l’air ambiant urbain

Ce mois-ci, l’OMS a mis à jour sa base de données de la pollution de l’air urbaine ambiante au niveau mondial. Elle comprend maintenant des données sur la pollution de l’air en ville de 3000 villes dans 103 pays.

AirQ + a été présenté le 19 mai 2016 à Bonn, en Allemagne, dans le cadre de la réunion annuelle du Groupe de travail mixte sur les aspects sanitaire de la pollution atmosphérique (Task Force on Health Aspects of Air Pollution), présidé par l’OMS au sein de la Commission économique des Nations Unies pour la Convention européenne sur la pollution de l’air transfrontalière. Les participants à la réunion de ce groupe de travail, ainsi que des invités supplémentaires, ont pris part à un atelier de formation interactive le 20 mai pour apprendre à utiliser le nouveau logiciel.

Au cours de la soixante-neuvième Assemblée mondiale de la santé qui aura lieu le 23 au 28 mai, 2016, les États membres discuteront d’une feuille de route pour une action mondiale renforcée contre les effets néfastes sur la santé de la pollution atmosphérique.

Cet article est issu d’une traduction maison, à partir de l’article de l’Organisation Mondiale de la Santé publié sur son site le 25 mai 2016.

Related Post

One Comment on “AirQ +, un logiciel pour quantifier les impacts sanitaires de la pollution de l’air

Leave a Reply

Your email address will not be published.