Dioxyde d’azote (NO2)

Le dioxyde d’azote est un composé chimique de formule NO2. Il s’agit d’un gaz brun-rouge toxique suffocant à l’odeur âcre et piquante caractéristique. Il constitue le polluant majeur de l’atmosphère terrestre. Il est notamment produit par les moteurs à combustion interne et les centrales thermiques.

Définition du dioxyde d’azote

Le dioxyde d’azote (NO2) se forme dans l’atmosphère à partir du monoxyde d’azote (NO) qui se dégage essentiellement lors de la combustion de combustibles fossiles, dans la circulation routière par exemple. Le dioxyde d’azote se transforme dans l’atmosphère en acide nitrique, qui retombe au sol et sur la végétation. Cet acide contribue, en association avec d’autres polluants, à l’acidification des milieux naturels. Les concentrations de NO et de NO2 augmentent en règle générale dans les villes aux heures de pointe. Les émissions anthropiques de NO2 proviennent principalement de la combustion (chauffage, production d’électricité, moteurs des véhicules automobiles et des bateaux).

Le dioxyde d’azote fait partie de la famille des oxydes d’azote. Selon la Directive sur l’air ambiant et un air pur n Europe de 2008, les oxydes d’azote sont la somme du rapport de mélange en volume (ppbv) de monoxyde d’azote (oxyde nitrique) et de dioxyde d’azote, exprimé en unités de concentration massique de dioxyde d’azote (μg/m3)

Effets sur la santé

Dans l’air, le NO2 a les effets suivants:

  • C’est un gaz toxique entraînant une inflammation importante des voies respiratoires à des concentrations dépassant 200 μg/m3, sur de courtes durées.
  • C’est le principal agent responsable de la formation des aérosols de nitrates, qui représentent une proportion importante des PM2.5 et d’ozone, en présence de rayons ultraviolets.

Les études épidémiologiques ont montré que les symptômes bronchitiques chez l’enfant asthmatique augmentent avec une exposition de longue durée au NO2. On associe également une diminution de la fonction pulmonaire aux concentrations actuellement mesurées (ou observées) dans les villes d’Europe et d’Amérique du Nord.

Valeurs recommandées

40 μg/m3 moyenne annuelle / 200 μg/m3 moyenne horaire. La valeur guide actuelle de l’OMS de 40 μg/m3 (moyenne annuelle), fixée pour protéger le public des effets du NO2 gazeux sur la santé, reste inchangée par rapport aux directives précédentes.

Mesure du dioxyde d’azote

La méthode de référence utilisée pour la mesure du dioxyde d’azote et des oxydes d’azote est celle décrite dans la norme EN 14211 (2005): «Qualité de l’air ambiant — méthode normalisée pour le mesurage de la concentration en dioxyde d’azote et en monoxyde d’azote par chimiluminescence.»

6 Comments

  1. Anonyme

    Merci des infos

  2. DEVAIVRE

    Si j’ai bien compris, les moteurs diesel n’émettent du NO2 que lorsqu’ils sont alimentés en carburants fossiles, et par exemple le fuel qui est toujours présenté comme le seul carburant diesel. Les moteurs diesel fonctionnent très bien alimentés par de l’éthanol, carburant sans effet de serre. On recommande d’abandonner une excellente motorisation, plutôt que les carburants assassins. N’est-ce pas complètement fou, ou criminel ?

  3. Lum Yere

    Des mensonges bien entretenus sur la prétendue nocivité des oxydes d’azote permettent d’engranger de substantielles taxes par les états…. Et surtout la France ! En fait le monoxyde d’azote est parfaitement inoffensif et le dioxyde d’azote, aux limites habituelles du soi-disant seuil de pollution seraient plutôt bénéfiques et sans doute même bien au delà de ces seuils (très variables selon les pays … tiens donc!). C’est ce que montrent plusieurs études. https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/developpement-durable-pollution-atmospherique-40/page/6/ (lire tout particulièrement la fin de l’article). Mais bien sûr les politiques qui le savent évitent d’en parler et les autres, ignares et plus soucieux de leur rétribution usent et abusent de leur verbiage pour conserver leurs privilèges et continuer à vivre aux dépends du contribuable.

    • Sirvoldos

      Lum Yere

      Réussir à faire passer le NO2 pour quelque chose de pas très grave, on dirait une argumentation des lobby du Diesel.

      https://www.sciencesetavenir.fr/sante/les-oxydes-d-azote-emis-par-les-voitures-sont-ils-dangereux-pour-la-sante_29569

      Une source contraire à la tienne!

      • Lum Yere

        Confondre une étude expérimentale et une « étude » épidémiologique est bien révélateur de l’inconsistance de la formation scientifique des français (derniers au classement TIMSS dans les domaines mathématiques et sciences…)
        Ce qui est grave c’est le mensonge soigneusement entretenu par certains médias sur l’éventuelle toxicité de ces gaz
        Des données épidémiologiques n’apportent aucune preuve alors qu’au contraire des expériences sont probantes dès lors que le protocole est connu et que les résultats sont répétitifs.
        Le monoxyde d’azote ne présente un danger qu’à des doses inexistantes (plus de 2000 fois la quantité présente dans l’air) dans les conditions naturelles

        Quant aux les normes limites de dioxyde d’azote, elles sont dans un ordre de grandeur de la centaine de microgrammes par mètre cube (variable selon les pays) alors que les doses pouvant provoquer une irritation des tissus pulmonaires est de l’ordre de 10 milligramme/mètre cube… Un rapport quantitatif de l’ordre de 100 fois…
        Curieusement d’ailleurs il n’existe aucune recherche expérimentale française sur les effets du dioxyde d’azote. Les seules études expérimentales concernent un troisième oxyde = le protoxyde d’azote (N2O), utilisé uniquement en médecine…

Leave a Reply