Effets sur la santé

Effets de la pollution de l'air sur le coeur, les poumons, le cerveau et le système hormonal

L’air constitue le premier élément nécessaire à la vie. Chaque jour, environ 15 000 litres d’air transitent par nos voies respiratoires. Cependant, nos activités quotidiennes génèrent une production immense de polluants, très variés, qui se retrouvent à un moment dans l’atmosphère et augmentent ainsi le risque de conséquences préjudiciables à notre santé. Il est important au préalable de savoir ce qui est rejeté dans l’air. Les effets de la pollution de l’air sont connus sur les poumons, le cœur, le cerveau et le système hormonal.

Source et qualification des polluants de l’air

Très simplement. la pollution de l’air  a des effets multiples sur la santé car les polluants qui la constitue sont très variés. Quand des pesticides sont épandus sur des cultures, une partie se volatilise dans l’air et sont propagés sur de très longues distances. Connaître la composition de ces molécules permet d’identifier les pathologies qu’elles peuvent entraîner. Aujourd’hui, les sources de pollutions de l’air sont connues. Elles sont fixes et mobiles. Toutes les combustions d’énergies fossiles et de biomasses dégagent plus ou moins de matières solides (particules) et de gaz. Tous les secteurs d’activités économiques sont donc des sources potentielles de pollution. Trafic aérien, maritime et terrestre. Activités agricoles. Combustions réalisées pour le chauffage résidentiel et tertiaire ainsi que la production d’énergie dans l’énergie et la production industrielle. Pour le « traitement » des déchets par incinération.

Une fois les sources identifiées, il est possible de savoir ce qui est émis dans l’air. Par des analyses chimiques, mais aussi par les déclarations d’émissions qu’un grand nombre de sites industriels d’une certaine taille doivent réaliser et envoyer aux administrations concernées. Le CITEPA, Centre Interprofessionnel Technique d’Étude de la Pollution Atmosphérique à justement parmi ses missions de collecter ces informations auprès de ces sites industriels qui ont le statut d’ICPE (Installation Classée de Protection de l’Environnement). Il est ainsi possible de connaître les quantités de polluants et de gaz à effet de serre émis sur le territoire français.

L’oxygène de l’air pour faire fonctionner notre corps

Comme nous le disions en introduction, nous respirons en moyenne chaque jour 15 000 litres d’air. Cet air contient l’oxygène dont nos organes ont besoin pour fonctionner. Celui-ci arrive dans nos poumons, puis il est envoyé dans le sang, qui l’achemine dans toutes les parties de notre corps. On comprend donc mieux ici l’importance que l’air que nous respirons soit le plus pur possible. Toutes les molécules de pollution, quand elles entre dans par notre nez ou notre bouche, trouvent un chemin vers une zone de notre corps et créés une perturbation. L’accumulation de ces polluants, quand ils ne sont pas éliminés, augmente logiquement le risque que quelque chose dysfonctionne.

Schéma de l'appareil respiratoire
Image emprunté au site http://www.encyclopollens.fr/

 

Les effets de la pollution de l’air sur la santé

Tout le monde peut être affecté par la pollution de l’air. Si l’on peut théoriquement considérer que nous sommes égaux face au problème, il y a bien des distinctions d’âge et de classe sociale. Les personnes les plus jeunes et les plus âgées sont plus vulnérables, car leur métabolisme est soi en développement soit affaibli. En ce qui concerne la différence d’impact entre les différents niveaux sociaux économiques, il est simplement liés au fait que le moins on est informés moins on se prémunit et que plus on est pauvre plus on habite dans des zones préservées des sources de pollutions (sites industriels, aéroports, routes fréquentées, etc.).

Les effets sur la santé sont très variés (allant du pire à l’anecdotique) en fonction des taux de pollutions absorbés, du patrimoine génétique et de son niveau de richesse. Selon la précision de l’étude, les résultats diffèrent. Mais nous sommes néanmoins certains que la pollution atmosphérique entraîne le décès prématuré de plus de 40 000 personnes prématurément par an ainsi qu’un nombre incroyable de crises d’asthmes, de maladie respiratoires, pouvant elles-mêmes contraindre à une admission hospitalière.

Les symptômes peuvent être classés en fonction de leur sévérité croissante et fonction de la proportion de la population touchée.

Pyramide des effets aigus associés à la pollution atmosphérique
Source : Direction de la santé publique de Montréal. 2003

Nous pouvons catégoriser l’impact de la pollution de l’air en 4 catégories. Neurologique, cardio-vasculaire, respiratoire, système hormonal. Cliquez sur chacune de ces catégories d’impact pour en savoir d’avantage.

Effet-de-la-pollution-de-lair-vignette-poumon Effet-de-la-pollution-de-lair-vignette-coeur

Effet-de-la-pollution-de-lair-vignette-cerveau Effet-de-la-pollution-de-lair-vignette-hormones

 

 

 

 

 

 

Les effets sur la santé de la pollution de l’air connus depuis longtemps

Les effets sur la santé de la pollution atmosphérique sont connus depuis longtemps. Au moins depuis 100 ans. Un grand nombre d’études, épidémiologiques, médicales, publiées dans les plus grandes revues scientifiques mondiales, vont toutes dans le même sens : il y a un lien de causalité entre pollution atmosphérique, mortalités, cancers, maladies respiratoires et problèmes neurologiques.

Les représentants de l’ADEME le savent depuis les premiers résultats scientifiques publiés. L’Institut de Veille Sanitaire (INVS) ne cachent pas celles dont elle a eu la charge, comme celle du Professeur Roussel, en 1984. L’OMS a averti les pays membres et défini des seuils à ne pas dépasser, sous la forme d’objectifs. Les directives européennes qui fixent les objectifs à atteindre sur la qualité de l’air existent (même si elles sont considérées comme insuffisantes). Nombres de médecins ont écrit dans des publications professionnelles (Le quotidien du Médecin par exemple) et prévenus les responsables politiques.