AUTOMOBILES, Campagnes, Communiqué de presse

Fin du diesel en 2024 à Paris : il est temps de concrétiser !

pollution air

Retrouvez notre tribune publiée dans le journal La Tribune sur la nécessité de confirmer l’engagement 0 diesel en 2024 à Paris et d’embarquer les VTC et les taxis dans cette ambition, signée par Tony Renucci (Respire), Serge Orru, (environnementaliste), Diane Strauss (directrice France Transport & Environment), Delphine Grimbert (Paris sans voiture), Cathy Lamri (Car Free Megacities) et Andrew Simms (NewWeather Institute et Rapid Transition Alliance).

Paris doit être exemplaire sur la qualité de l’air

Paris, ville d’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, s’est engagée via le comité d’organisation JO 2024 dans la campagne Race to Zero pour réduire les émissions de pollution pendant la compétition. Plus que jamais, l’année 2024 nous donne la responsabilité d’être une ville exemplaire sur le plan écologique.
Cette exemplarité passera par la fin du diesel à Paris, principal émetteur du dioxyde d’azote (NO2). Les risques sanitaires de ce polluant sont avérés et incontestables : on estime que 2 575 décès pourraient être évités chaque année à Paris1 et que 95 % des habitants franciliens sont exposés à des dépassements des seuils de l’OMS en 20202.
C’est d’ailleurs cette urgence sanitaire qui a poussé la ville de Paris puis la métropole du Grand Paris (MGP) à agir rapidement pour inverser le cours des choses. Les élus parisiens et métropolitains ont voté à l’unanimité l’objectif 0 diesel en circulation sur leurs territoires à compter du 1er janvier 20243 dans le cadre de la zone faible émission (ZFE).

Le secteur des taxis/VTC est une opportunité pour acter la fin du diesel

Pour tenir cet objectif de 2024, le secteur du transport routier, qui représente 53 % des émissions de NOX (précurseur du NO2)4, doit se mettre en ordre de bataille, tant parmi les particuliers que les professionnels. Ces derniers, notamment les VTC et les taxis, doivent montrer l’exemple, en accélérant sur la reconversion de leurs flottes de voitures du diesel vers le 0 émission, comme l’électrique.
En effet, les VTC et taxis sont un moyen de déplacement majeur en Ile-de-France. Certains chauffeurs conduisent régulièrement 300 kilomètres par jour d’après Transport & Environment. Malheureusement, ils sont encore majoritairement équipés de diesel (59 % des taxis parisiens et 87 % des VTC en 2018)5. Les VTC et taxis peuvent donc être une opportunité de réduction de la pollution s’ils s’engagent pleinement à tenir l’échéance de la fin du diesel en 2024 à Paris et dans la MGP.

Un plan d’actions de réduction du diesel en 2 ans

Il nous reste 2 ans pour tenir l’objectif.
Pourtant, malgré quelques annonces de reconversion vers l’électrique d’ici 2025 ou 2027, seulement un nombre restreint d’acteurs du transport de personnes se sont engagés sur la fin de leur flotte diesel pour 2024. C’est pourtant un tournant incontournable pour respecter les réglementations parisienne et métropolitaine. Nous devons assumer d’être clairs sur cet objectif.
Nous appelons les acteurs du transport de personnes à confirmer d’ici la fin de l’année 2021 leur engagement sur la fin de leur flotte diesel d’ici 2024 et à communiquer leurs plans d’actions de réduction progressive du diesel en 2 ans.
Nous appelons également les élu.e.s à intégrer les associations dans le suivi de la mise en place de la zone faible émission afin de collaborer collégialement sur la lutte contre la pollution de l’air.
Nous sommes prêts à les conseiller pour que ces objectifs soient tenus.
C’est un engagement sanitaire, pour la santé des Franciliens.
C’est un engagement industriel, pour encourager la reconversion vers les véhicules propres.
C’est un engagement politique, car il serait impensable qu’en 2024, la capitale du pays de la COP21 ne tienne pas ses engagements sur la qualité de l’air, au moment où nous serons observés dans le monde entier pour notre capacité à organiser les Jeux tout en étant des athlètes du climat.

A retrouver sur le site de La Tribune.

Leave a Reply