Notre philosophie

RESPIRE est une association de loi 1901, à vocation nationale, qui a pour objectif de prévenir les atteintes sanitaires de la pollution atmosphérique et d’améliorer la qualité de l’air.

Dès sa conception, elle s’est donnée l’action juridique comme moyen pour y parvenir.

La pollution atmosphérique en France, comme dans les autres pays du monde, et ses conséquences sanitaires sur la population sont connues des constructeurs d’automobiles et de deux-roues, des autorités publiques et sanitaires ainsi que des industriels. Il est ici question d’une situation largement détaillée par de nombreuses publications scientifiques facilement accessibles et non remises en question depuis suffisamment d’années pour traverser les gouvernements successifs.

Nous ne choisissons pas l’air que nous respirons

L’exposition aux polluants aériens échappe en grande partie au contrôle individuel et nécessite que les autorités publiques prennent des mesures aux niveaux international, national et local. Nous demandons simplement l’application de la loi, au delà des discussions sur les « risques acceptables ».

La Charte de l’Environnement confère à chacun le « droit de vivre dans un environnement sain et respectueux de la santé » (art.1). Manifestement, la situation est tout autre. Chacun a eu et aura de nouveau la possibilité de le vérifier durant les épisodes chroniques de pollution de l’air (notamment dû au trafic routier) ou au quotidien pour celles et ceux qui habitent à proximité des axes routiers, des aéroports et des complexes industriels.

Si les mesures de protection ne s’appliquent pas pour les citoyens, à qui s’adressent-elles alors ?

  • L’Homme a longtemps pensé que la terre était d’une immensité telle qu’il n’aurait pas à se soucier de son impact sur elle. Aujourd’hui, le constat est sans appel : moins de 5% des terres sont restées intactes.
  • L’Homme a longtemps pensé que l’océan et la mer étaient d’une immensité telle qu’il n’aurait pas non plus à se préoccuper de leur exploitation. Cependant, 75% des stocks de poissons commercialisés ont été exploités excessivement ou jusqu’à la limite de ce qu’ils sont en état de supporter.

Il nous reste l’air … enfin presque.


9 Comments on “Notre philosophie

  • Bonjour
    ne Croyez vous pas qu’on suffoque suite à la fermeture des quais? Je n’arrive plus à conduire les fenêtres ouvertes!!!
    C’est plus simple et radical de faire payer l’entrée à Paris! Sans créer de la congestion polluante comme c’est le cas depuis 3ans et surtout depuis septembre.
    Arrêtez votre propagande.
    Soyez honnêtes et affichez les vrais chiffres de la qualité de l’air depuis 5 ans si possible.
    Nous allons tous subir les conséquences gravissimes sur notre santé

    Reply
    • · Edit

      vous roulez electrique alors pour déjà réduire votre impact ??
      c est sur que les parisiens vont mourir de cette pollution immonde, c est à cause de l’egoisme de chacun !!

      Reply
    • Vous êtes marrant vous : la pollution serait liée à la fermeture d’un tronçon de 3km, et donc à la réduction du traffic automobile. C’est bien connu, la pollution est un phénomène si récent qu’elle ne peut avoir d’autre cause que cette récente décision de la Mairie. Par contre le fait que vous rouliez en voiture (non électrique), ça c’est sûr ça n’a rien à voir avec le schmilblik !

      Reply
  • Bonjour, j’anime l’atelier « Santé, pollutions, nature en ville » lors des assises de l’écologie samedi prochain à Saint-Denis. Olivier Bon devait participer à cet atelier, mais je n’ai pas son contact… voulez-vous bien me mettre en lien avec lui ?
    Alice Brauns
    Génération·s comité villes et territoires durables
    generation.s.vtd@gmail.com
    0661511695
    Merci d’avance

    Reply
  • c’est quand même le pompon ces automobilistes qui parlent de propagande (celle des associations pro-bagnoles ?), qui sont apparemment persuadés que réduire la circulation à Paris cause de la pollution, tout en roulant à l’essence et surtout pas en voiture électrique ! Malhonnêteté intellectuelle pour pouvoir jouir de son bon petit plaisir égoïste (en moyenne une seule personne par voiture, deux à tout casser !). La suffocation, pour être un promeneur dans Paris, elle vient bien des pots d’échappement : les fameuses particules fines ! Bref, l’empoissonnement, c’est bien de prendre sa voiture, surtout lors des canicules. Aujourd’hui dimanche, chaleur à crever, des voitures partout…

    Reply
  • Si on ne veut pas faire de l’écologie de bout de ficelle, une écologie de la culpabilité et surtout une écologie de l’argent : passons à l’écologie politique, une vrai écologie politique passe par l’éradication du capitalisme et de sa forme actuelle le consumérisme.
    Je vous renvoi directement à ce magnifique outil d’émancipation républicaine.
    https://www.ufal.org/wp-content/uploads/2012/07/comprendre_l_ecologie_politique.pdf

    Reply
  • · Edit

    A l’attention de l’Association RESPIRE.
    Suite à l’intervention de votre Association sur Arte le 2018/11/03 vers 10heures

    Au lieu d’approuver l’augmentation des taxes sur le parc « Diesel » en pénalisant le Grand Public d’impôts…
    Pourquoi ne pas s’attaquer PLUTÔT à la source en arrêtant de construire/produire/vendre, les Véhicules diesel?
    Et ainsi, laissez TRANQUILLE le parc actuel qui périclitera en quelques années.
    C’est plus facile de taxer la Société, que d’arrêter les trusts industriels!
    …Même en vantant l’arrivée des nouveautés produits (de substitution…au diésel!) qui n’aurait AUCUN impact sur les Industries et sur le monde du Travail (% chômage et autres!)

    Amicalement,
    Jean-Charles.

    Reply

Répondre à Kaouthar Mehrez Annuler la réponse

Your email address will not be published.