Première plainte d’une victime de la pollution de l’air – CP

Première plainte d’une victime de la pollution de l’air – CP

Demander réparation du préjudice que l’on subit, en tant que personne, à cause de la pollution de l’air, c’est possible et c’est ce que demandent plusieurs citoyens – dont Clotilde Nonnez. C’est une action remarquable en France, qui opère un tournant historique dans la reconnaissance de toutes ces personnes, victimes de la polluiton de l’air. Plusieurs dizaines de dossiers sont en cours de dépôt.

Les explications de Maître Lafforgue sur le fondement de cette action judiciaire.

Les associations Respire, Rassemblement pour la Planète, Ecologie sans Frontière et Générations Futures ont tenu une conférence de presse le mercredi 7 juin à 16 h 30 au Solar Hôtel, 22 rue Boulard 75014 Paris (métro Denfert-Rochereau), à l’occasion du recours en indemnisation contre l’Etat, pour carence fautive, formé par Madame Clotilde NONNEZ, victime de la pollution de l’air, devant le Tribunal Administratif de Paris.

 

Contacts presse :

Olivier BLOND – Président de Respire – 06 37 73 24 39

Franck LAVAL – Président délégué d’Ecologie sans Frontière – 06 20 55 80 60

Nadir SAIFI – Vice-Président d’Ecologie sans Frontière – 06 19 33 16 56

Related Post

2 Comments on “Première plainte d’une victime de la pollution de l’air – CP

  • Certains maires ignorent complètement la réglementation protégeant les citoyens car c’est avouer la présence de la pollution dans leur commune : c.est ceux-là qu’il faut convaincre ou sanctionner ! L’impac sanitaire de l’A86 à Antony et Châtenay-Malabry est mille fois dénoncé depuis 30 ans toujours sans réponse ! Le bruit assourdissant à Antony est rangé au niveau développement durable dans la catégorie « bruit de voisinage » applicable le dimanche !

    Reply
  • · Edit

    Je me sens très concernée par cette problématique.
    Suite à une visite préalable d’embauche de seulement trois jours début août, j’ai fais une réaction allergique qui s’est transformée en rhinite allergique. Après seulement TROIS JOURS !
    Cela fait 10 jours et mon état commence à peine à s’améliorer alors que je suis retournée dans le sud.

    Cependant j’emménage bientôt et j’ai peur que ces affections deviennent mon quotidien.

    Je souhaiterais contribuer à améliorer la qualité de l’air – à ma mesure – et connaître les moyens de m’en préserver le plus possible.

    La vie parisienne semble si intéressante, ça serait dommage de ne pas avoir le choix et devoir s’en priver.

    Reply

Répondre à Cance Annuler la réponse.

Your email address will not be published.