CO2, ÉTUDES

Purificateurs d’air et capteurs de CO2 : le Parlement reprend nos propositions

l'assemblée nationale en France

L’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) a publié le 16 décembre 2021 son rapport sur les liens entre pollution de l’air et covid-19, pour lequel notre directeur Tony Renucci avait été auditionné à l’Assemblée nationale.

Le rapport traite de 2 sujets distincts et complémentaires :

  • le lien entre la pollution de l’air extérieur et la dynamique de l’épidémie, à la fois en ce qui concerne la transmission et la vulnérabilité ;
  • la question de la transmission en air intérieur.

Dans cette seconde partie, le rapport dresse plusieurs recommandations sur l’utilisation des purificateurs d’air et des capteurs de CO2.

Il reprend notamment notre proposition d’une étude nationale sur leur utilisation, en prônant un renforcement de l’incitation au renouvellement de l’air par l’installation large de capteurs de CO2 performants, et la mise en place d’une campagne de tests des purificateurs d’air en conditions réelles pour établir un cadre juridique pour leur installation et leur entretien.

Respire se réjouit des conclusions du rapport et renouvelle son appel du 25 mai 2021 au ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer d’accompagner les collectivités dans le déploiement des purificateurs d’air et des capteurs de CO2 afin de favoriser l’activité, tout en protégeant et en rassurant la population.

3 Comments

  1. Mary Picone

    Les capteurs de CO2 sont peu utiles d’autant plus que peu de bâtiments ont des fênetres ouvrables ou, si c’est le cas, qu’on les ouvre réellement. Les purificateurs sont plus chers mais constituent la seule vraie solution. Ils seront cent fois moins chers que la continuation assurée d’une épidemie mortelle ainsi que proteger en situation endemique.

Leave a Reply