JURIDIQUE, ROUEN

ROUEN : L’association Respire dépose un recours en référé devant le tribunal administratif et lance une campagne de prélèvements citoyens

incendie Lubrizol Rouen

photo Loic Pauchet

L’association Respire dépose un recours en référé devant le tribunal administratif, avec 99 citoyens de l’agglomération rouennaise, afin de nommer un expert pour constater de manière contradictoire la pollution et ses effets suite à l’incendie de l’usine Lubrizol.

L’association va également organiser avec la population une campagne de prélèvements citoyens, qui seront faits en présence d’huissiers, afin de fournir des analyses complémentaires à partir des suies, galettes et autres résidus identifiés par les habitants.

C’est l’équivalent d’une marée noire qui a frappé le coeur de la ville de 100 000 habitants. Des odeurs désagréables continuent d’être perçues par les habitants, certains ont consulté les services de santé. Des « galettes » d’hydrocarbures ont été observées dans la ville et une « pluie noire » s’est abattue sur la ville. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a reconnu que « la ville est clairement polluée ». Pourtant, les analyses fournies par la préfecture ne révèlent aucun problème majeur.

Ces analyses, qui contrastent évidemment avec les impressions des citoyens sont extrêmement partielles et donc peu satisfaisantes. Pour ne citer que quelques exemples, les dioxines, les furanes et les composés amiantés n’ont pas été recherchés ou les résultats n’ont pas été communiqués. Or, les deux premiers types de composés sont souvent associés à la combustion d’hydrocarbures, et les troisièmes étaient présents sur le site et auraient été retrouvés par des citoyens dans la ville. Les trois sont toxiques.

Respire a donc confié à Maître Corinne Lepage le soin de déposer un recours en référé devant le tribunal administratif, avec 99 citoyens de l’agglomération rouennaise, afin de nommer un expert pour constater de manière contradictoire la pollution, et ses effets, résultant de l’incendie qui s’est produit à l’usine Lubrizol. Cet expert pourra obtenir la production de tous les documents concernant cette pollution et procéder aux analyses nécessaires.

Outre cette première action en justice, qui pourrait être suivie d’autres, Respire va organiser avec la population des prélèvements dans l’agglomération et les zones avoisinantes. Ces prélèvements, réalisés en présence d’huissier, seront ensuite analysés par des laboratoires indépendants.

Le premier Ministre, Edouard Philippe, promet la « transparence absolue »  mais la vraie transparence sur la situation ne pourra être obtenue qu’avec la participation des citoyens et de leurs organisations.

25 Comments

  1. Julien

    Bonjour,

    Merci pour votre action. Une question en amenant une autre, comment participer et aider ? Je suis sur le plateau nord à fontaine le bourg.
    Par ailleurs, L’accident de 2013 de l’usine Lubrizol a t il été suivi, donne t il des indications en terme de suivi épistémologique de la population exposée au Mercaptan ? (mes enfants avaient 1 an et nous habitions à côté)

  2. Philippe Dugord

    Bonjour je suis un ancien expert judiciaire en incendie et voici mes interrogations : le préfet a autorisé une augmentation du stockage de produits sur le site et ce sans connaître la dangerosité des produits ? Il semblerait qu’il n’y ai pas de bac de rétention sous le stockage ni de mur de séparation anti-feu … en un mot il faut connaître les conditions de stockage et la provenance de la source de chaleur qui a déclenché l’incendie. Je souhaite vous rejoindre dans votre démarche. Cordialement Philippe Dugord

  3. Brusset

    Bonjour, Je voudrais apporter à votre connaissance, mais peut le savez-vous déjà, plusieurs incendies et explosions d’usines chimiques ont eu lieu cette année 2019 à travers le monde : Texas, Houston, Hong kong, Chenjiagang, Lubrizol à Avon Lake…
    Coïncidence ou actes malveillants ? l’enquête le dira en espérant que cela ne tourne pas comme une série à rallonge en référence à l’usine AZF à Toulouse.
    Cordialement

  4. Sestillange.S

    Comment peux t on participer aux prélèvements… J habite Sotteville les Rouen et ma fille asthmatique est en souffrance alors qu officiellement nous se sommes pas dans la zone suis.. mais bien dans les retombées.

  5. Richard

    Fred. R
    J habite au dernier étage de la résidence de l Hôtel de Ville à Rouen
    Vous pouvez effectuer des prélèvements sur ma terrasse au dernier étage (30 m2)

  6. Marilyne

    Bonjour ,
    Officiellement pas sous la « fumée » mais à 600 mètres de l’usine, je vous propose si cela vous intéresse de faire des prélèvements dans mon jardin ( petit quevilly, proche de l’avenue Jean rondeau et du rond point de la motte) .
    Je vous remercie pour votre démarche et votre recherche de transparence dans cet événement hors normes et vraisemblablement pas du tout anticipé !

  7. FCSZ

    Bonjour,

    tout d’abord, merci pour votre action.
    Si vous le souhaitez, nous tenons à votre disposition pour prélèvements, notre jardin, potager et mare. Nous sommes sur Bois-Guillaume.

  8. pascale ploquin

    Bonjour,
    merci pour votre action cela représente une lueur d’espoir compte tenu de la situation inadmissible dans laquelle nous nous trouvons. Je réside sur rouen, je souhaite collaborer avec vous et me tiens disponible en fonction des besoins. J’envisage de porter plainte dans le cadre d’une plainte collective. Merci de m’informer s’il est possible de vous rencontrer et venir grossir le nombre de témoignages.
    merci

  9. LE GALL

    Bonjour

    Merci pour votre action.
    Situés à environ 30kms de Rouen, nous avons nos légumes couverts de suie. Le sol ne doit pas être mieux.
    Nous serions heureux que vous puissiez faire des prélèvements sur notre parcelle.

    Pouvez-vous nous rappeler ? Merci.

  10. Lacombe

    Nous sommes dans le centre. Il semble que dans la cour de notre immeuble il y ait un dépôt d’une galette d’hydrocarbures. Nous pouvons faire une photo si nécessaire. Ou la ramasser. Pour l’instant nous l’avons laissée telle qu’elle.

  11. Habib

    Bonjour,

    Différents résidus dans mon jardin à mont saint aignan si vous souhaitez faire des prélèvements

  12. Stéphane Tételin

    Bonjour,

    J’habite à 3 km à vol d’oiseau direction Nord Est à partir de Lubrizol donc sous le vent le jour de l’incendie. A votre disposition pour tout prélèvement que vous souhaiteriez faire. Bien cordialement

  13. Fr….

    Bonjour. J’ai trouvé dans mon jardin à Rouen (800 m à vol d’oiseau du site et sous le nuage et le vent des fumées pendant 5 jours), différents morceaux (d’amiante ?) et résidus brûlés. Dois-je les garder ? Voulez-vous que je vous les remette ? Merci pour votre réponse et bon courage

  14. Duprey

    Bonjour,
    Merci pour votre action.
    J’aimerais également que des prélèvements soient effectués chez moi. J’habite Blainville Crevon et j’ai des résidus plein le jardin.
    Cordialement

  15. Balland

    Bonjour, j’ai retrouvé divers débris dans mon jardin à Bihorel. Pouvez vous faire quelque chose? Merci

  16. Danot

    Bonjour, jardinet de ville à Deville à votre disposition pour prélèvement. Toit de garage en fibro noirci de la pluie, coulées aussi coté intérieur des toles. Je garde à votre disposition terre, légumes du potager, citerne d’eau de pluie. Résidus goutière. Merci pour votre action. Cordialement

  17. Camille Martin

    Bonjour jardinet de Rouen rive gauche j’ai retrouvé mes tomates noircies et des boulettes hyper dures noires.

  18. LAHUPPE /AUBIN

    Bonjour , je suis salariée d’une usine située à 1km à vol d’oiseau de LUBRIZOL du côté du centre commercial du BOIS CANY. Même si le vent nous était, si je puis m’exprimer ainsi , favorable, il est je pense important de venir prélever la qualité de l’air dans ce secteur quelques jours après cette épouvantable catastrophe.

    Merci de votre action citoyenne

  19. Bonjour,

    Nous habitons sur le coteau, 46 cavée Saint-Gervais, sur le passage du nuage Lubrizol, à 2,5 km de l’usine. Dès le 30/09, nous avons alerté par mail la préfecture, Atmo et le SDIS (qui nous a renvoyé sur le n° d’information au public de la préfecture) de la présence d’une vingtaine de fragments de fibrociment brulé dans notre jardin . Lors de l’appel au service de communication de la préfecture, le 30/09, on nous a répondu que c’était impossible.

    Le 1/10 nous avons alerté par mail la DREAL, la ville de Rouen puis, personne ne nous contactant, hormis ATMO, nous avons alerté Paris-Normandie qui a fait une interview le 2/10 et sorti une papier le 3/10.

    Le 3/10, nous avons alerté par mail et tél l’ARS. Nos questions écrites sont restées sans réponse.

    Vendredi, le directeur d’une agence spécialiste de l’amiante, Andiag, nous a précisé que le fibrociment en fragments n’était plus inerte et que des micro poussières n’étaient pas exclues, même s’il a plu. Or, nous avons longtemps aéré samedi notre maison, remplie des gaz du nuage. Nous craignons donc d’avoir de l’amiante dans la maison et envisageons de faire effectuer des analyses de poussières. Est-il préférable de faire les prélèvements sous contrôle d’huissier ?

    De plus, un produit chimique transparent, peu visible, s’est répandu sur notre jardin sous la forme de grosses gouttes. Elles sont visibles sur les appuis de fenêtre alu rouges, sur notre voiture noire, et sur les végétaux lorsqu’il pleut car le produit retient les gouttes de pluie. Ce produit ne part ni à l’eau, ni au savon noir. Au liquide vaisselle, il part avec la peinture (test sur un appui de fenêtre). Sur la voiture, les grosses pluies du week end ont provoqué l’étalement de certaines gouttes.

    Nous aimerions alerter sur la possibilité de pollution non visible. En effet, la préfecture insiste sur la visibilité des traces ce qui minimise l’impact réel sur l’environnement.

    Comment peut-on procéder pour faire analyser le produit transparent ?

  20. souhaite un suivi sanitaire et environnemental suite à l’accident, l’Oise est concerné.
    Si je peux être identifiée pour aide, être actif, demain, après demain

  21. Bertelle

    Mon fils habite sous les toits face aux quais il etait dehors en bord de la seine lors de l incendie et des explosions ne pensant pas à avoir a faire a une catastrophe seveso il est rentré tranquillement pour se coucher sans préoccupation puisque pas de sirène ….ses velux ne fermant pas il ne c est pas confiné. …comme il est jeune sportif et n ayant pas peur du danger (il est a la snsm) il se pense invincible pourtant quand il est rentré chez nous le week end je trouvais qu il toussait…..donc si vous avez besoin de prélèvement de sang ou de cheveux il veut bien se porter volontaire pour un panel de rouennais a suivre…..
    Merci

  22. Bonjour,
    avez-vous plus de détails concernant les derniers résultats d’analyse de l’air présentés par Atmo Normandie ce mardi 8 octobre, particulièrement les taux de dioxines dans l’air presque quatre fois plus élevés que la normale à Préaux ?
    Merci

  23. N. A

    CE matin , à Mont Saint Aignan, il y a comme de la poussiére noire , suie noire sur les portails blancs , sur la voiture… suie qui n’ était pas présente hier, puisque nous avions nettoyé les portails et la voiture après la nuit de l ‘incendie chez Lubrizol.

  24. Anne Chevalier

    Bonjour,

    Merci pour votre action.

    J’ai traversé Rouen et Le Petit-Quevilly pour aller travailler le jeudi de l’incendie dans les fumées.

    J’ai vu deux médecins pour une toux d’irritation pendant 15 jours. J’en suis à mon 2ème traitement.

    Je suis prête à faire des analyses et à porter plainte.

    Merci beaucoup

  25. Furstein

    Je suis directrice d’école maternelle à Rouen.
    Il y a un problème auquel nous allons être très rapidement confrontés dans les cours d’école et ailleurs. Les feuilles vont commencer à tomber, les enfants les ramassent et jouent avec, se les lancent…
    Il faut alerter très rapidement les municipalités afin qu’elles prennent des dispositions très fermes pour que le ramassage des feuilles soit effectué sans soufflage et très régulièrement.
    Comment pourrait-on agir ensemble?

Leave a Reply