JURIDIQUE, PRESSE, ROUEN

Rouen Respire dépose un recours pour faire annuler le redémarrage de l’usine Lubrizol de Rouen

incendie Lubrizol Rouen

photo Loic Pauchet

Communiqué de presse : L’association Rouen Respire vient de déposer un recours devant le tribunal administratif de Rouen pour faire annuler l’arrêté préfectoral autorisant le redémarrage de l’usine Lubrizol. Corinne Lepage, ancienne ministre de l’environnement et avocate de l’association, s’apprête à accompagner cette démarche d’une demande de suspension par référé afin d’obtenir l’arrêt immédiat de l’activité sur le site.

L’association Rouen Respire estime que ce redémarrage est précipité et fait peser sur la population un risque inacceptable.

En effet, les causes de l’incendie de septembre n’ont toujours pas été élucidées. Ce serait pourtant important pour éviter qu’une catastrophe similaire ne se reproduise.

De plus, diverses irrégularités ont été constatées dans le cadre de l’enquête judiciaire, dans le plan incendie ou le système de confinement des eaux de Lubrizol et dans le stockage de Normandie Logisitique, par exemple. La préfecture a mis en demeure les entreprises de se mettre en conformité mais ne se donne même pas le temps de vérifier que cela a bien été fait avant d’autoriser le redémarrage.

Le redémarrage de l’activité de Lubrizol a reçu l’approbation de la DREAL et du CODERST. Mais les dispositifs actuels ne font pas suffisamment de place aux inquiétudes légitimes des citoyens. La preuve en est que les dispositifs actuels n’ont pas permis d’éviter les accidents précédents et qu’ils n’ont pu que constater a posteriori les anomalies.

De plus, les documents sur lesquels se basent les avis de la DREAL et du CODERST n’ont pas été diffusés ; nous demandons leur publication, hormis les informations couverte par le secret industriel, car la transparence la plus complète est nécessaire dans cette affaire.

Enfin, le dispositif préfectoral d’alerte et de protection a montré ses insuffisances lors de l’incendie du 26 septembre : deux commissions, l’une diligentée par le Sénat, l’autre par l’Assemblée nationale, étudient actuellement ces dysfonctionnements et devraient faire des recommandations. Il faudrait attendre le résultat de ces deux commissions et s’assurer que leurs recommandations sont bien prises en compte avant de redémarrer.

Selon Olivier Blond, président de Rouen Respire, « Nous ne nous opposons pas au redémarrage de l’usine par principe, et nous sommes bien conscients des enjeux économiques de ce redémarrage. Toutefois, les risques importants qui pèsent sur la population et qui ont été mis en évidence par les deux accidents survenus en quelques années, nous amènent à demander des précautions adaptées et à ne pas précipiter la réouverture. »

Le communiqué de presse en ligne : https://mailchi.mp/72802a203495/ltat-va-t-il-tre-condamn-sur-le-dossier-de-la-pollution-de-lair-une-audience-publique-historique-le-28-mai-12138965?e=[UNIQID]

Leave a Reply